Le Canada impose des sanctions au régime Maduro du Venezuela

OTTAWA — La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a indiqué vendredi que le Canada avait imposé des sanctions à certains membres importants du régime du président du Venezuela, Nicolas Maduro.

Mme Freeland a précisé que les sanctions visaient 40 dirigeants et individus — incluant le président Maduro lui-même — qui contribuent à miner la sécurité, la stabilité et l’intégrité des institutions démocratiques du Venezuela.

Les sanctions imposent un gel des actifs que pourraient détenir ces individus au Canada et interdisent aux Canadiens de faire affaire avec eux.

Le Canada a accusé Maduro d’avoir rapproché le gouvernement du pays de la dictature et l’a dénoncé à plusieurs reprises.

Maduro, qui est entré au pouvoir en 2013, était un étroit associé de l’ancien président Hugo Chavez.

Pendant la plus grande partie de sa présidence, Maduro a gouverné par décrets et a contourné l’Assemblée nationale composée d’élus. L’économie du pays est pour sa part près d’un écroulement.

La ministre Freeland a indiqué que le Canada appuyait la démocratie au Venezuela.

«Le Canada ne restera pas silencieux à l’heure où le gouvernement du Venezuela prive son peuple de ses droits démocratiques fondamentaux», a-t-elle déclaré dans un communiqué.

«L’annonce d’aujourd’hui visant l’imposition de sanctions contre le régime Maduro souligne notre engagement à défendre la démocratie et les droits de la personne partout dans le monde.»