Le Canada rapatriera les passagers et membres d’équipage du Grand Princess

EDMONTON — Le gouvernement fédéral rapatriera les ressortissants canadiens se trouvant à bord du Grand Princess, au large de la côte ouest américaine.

Les ministres François-Philippe Champagne (Affaires étrangères), Patty Hajdu (Santé) et Harjit Sajjan (Défense nationale) ont annoncé dimanche que le gouvernement avait «sécurisé les services d’un avion» pour ramener ces Canadiens.

Les autorités américaines avaient empêché ce navire d’accoster au port de San Francisco après l’annonce d’une éclosion du COVID-19 à son bord. Elles lui ont ordonné dimanche de se rendre au port voisin d’Oakland. Il compte 237 Canadiens à son bord. Jusqu’à présent, deux passagers actuels et 19 membres d’équipage ont contracté le virus, mais leur nationalité n’a pas été dévoilée.

Dans un communiqué, le gouvernement fédéral dit que cette décision a été prise à la suite d’une demande des États-Unis. «Compte tenu de notre frontière commune, le Canada reconnaît l’importance de collaborer avec les États-Unis pour limiter la propagation du COVID-19 en Amérique du Nord et au-delà», peut-on lire dans ce communiqué.

L’avion transportera les passagers de San Francisco jusqu’à la base aérienne de Trenton, en Ontario, où ils seront évalués avant d’être placés en quarantaine pendant 14 jours.

«Les passagers feront l’objet d’un dépistage des symptômes avant de monter à bord de l’avion. S’ils présentent des symptômes, ils ne seront pas autorisés à monter à bord et feront plutôt l’objet d’une évaluation plus approfondie afin de déterminer les prochaines étapes», écrit-on.

Cas confirmé en Alberta

L’Alberta a annoncé dimanche son premier cas confirmé de personne atteinte du nouveau coronavirus, devenant ainsi la quatrième province canadienne à être touchée par la propagation du COVID-19.

La médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Deena Hinshaw, a indiqué que le patient ayant reçu un diagnostic confirmé était un homme âgé de la quarantaine de la région d’Edmonton. Si ce patient s’est récemment rendu dans plusieurs états américains, il a sans doute été contaminé par un compagnon de voyage qui a fait une croisière sur le Grand Princess.

Ce compagnon est un des cas confirmés en Colombie-Britannique.

La Dre Hinshaw a aussi dit que deux nouveaux cas probables s’étaient ajoutés à celui qui attendait toujours d’être confirmé par le Laboratoire national de microbiologie, à Winnipeg.

«Cela nous fait quatre cas en quatre jours. Plusieurs jugeraient la situation alarmante, mais trois d’entre eux sont liés au même navire de croisière», a-t-elle déclaré.

Les quatre patients ont été placés en quarantaine chez eux. Aucun n’a eu besoin d’être hospitalisé et on s’attend à ce qu’ils se rétablissent bien.

En Ontario

L’Ontario a confirmé un nouveau cas positif du COVID-19, un 29e dans la province depuis le début de la propagation.

Le médecin hygiéniste en chef, le Dr David Williams a indiqué qu’il s’agissait d’une femme âgée d’une quarantaine d’années revenue du Colorado, le 2 mars. Elle s’est présentée au service des urgences du Centre des sciences de la santé Sunnybrook, à Toronto

La patiente a été renvoyée le jour même chez elle, où elle reste isolée. Le service de santé publique de Toronto tente de retrouver les personnes qui ont été exposées à ce cas.

Le Canada a recensé 59 cas confirmés: 29 en Ontario, 27 en Colombie-Britannique, deux au Québec et un en Alberta.

Le ministère de la Santé du Québec a indiqué qu’un quatrième cas probable de COVID-19 avait été observé dans la province. Il s’agit d’une femme revenant de croisière et traitée en Montérégie pour des symptômes s’apparentant à la maladie.

Les cas sont considérés comme probables jusqu’à ce leurs résultats soient confirmés par le Laboratoire national.