Le Canada sanctionne 43 autres individus impliqués dans la crise au Venezuela

OTTAWA — Le Canada sanctionne 43 autres personnes qui seraient impliquées dans la crise politique et économique au Venezuela.

Affaires mondiales Canada a affirmé lundi que les sanctions ciblaient de hauts responsables du régime du président vénézuélien Nicolas Maduro, dont des gouverneurs régionaux et d’autres qui nuisent aux institutions démocratiques.

Le Canada a déjà puni 70 individus au Venezuela relativement à la crise, dont la responsabilité est attribuée au régime Maduro.

La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland est à Santiago, au Chili, pour la 12ème rencontre du groupe de Lima — la coalition de l’Occident qui demande la démission de M. Maduro.

Le Canada, ses alliés du groupe de Lima et les États-Unis sont parmi les quelque 50 pays qui accusent le président vénézuélien d’avoir volé les élections de l’année dernière.

Ils reconnaissent le chef de l’opposition, Juan Guaido, comme étant le président par intérim du pays et ont appelé l’armée vénézuélienne à l’appuyer.

Mme Freeland affirme que le Canada a décidé de sévir encore davantage afin de «tenir responsables 43 personnes supplémentaires pour le rôle qu’elles ont joué dans l’aggravation de la situation au Venezuela».

«Ces mesures sont prises à la suite des actions antidémocratiques du régime Maduro, notamment en ce qui concerne la répression et la persécution des membres du gouvernement intérimaire, la censure et le recours excessif à la force contre la société civile, qui compromettent l’indépendance du pouvoir judiciaire et des autres institutions démocratiques», peut-on lire dans le communiqué du ministère.