Le Canada souhaite revenir au statut de «pays à risque négligeable» d’ESB

OTTAWA — La ministre fédérale de l’Agriculture affirme que le Canada est «sur le point» d’être reconnu par l’Organisation mondiale de la santé animale comme «pays à risque négligeable» d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) — la «maladie de la vache folle».

Marie-Claude Bibeau soutient dans un communiqué que la Commission scientifique de l’Organisation mondiale de la santé animale a prévenu ses délégués que la demande du Canada de changer son statut répond aux exigences de l’agence internationale.

Le Canada est actuellement, depuis 2007, un pays «à risque maîtrisé» d’encéphalopathie spongiforme bovine. Pour changer de statut, le Canada doit notamment démontrer que les animaux domestiques infectés sont nés il y a plus de 11 ans. 

Or, le gouvernement canadien soutient que le dernier cas d’ESB remonte à 2015, chez une vache née en 2009.

Les délégués voteront sur le changement de statut du Canada au cours de la prochaine session générale de l’assemblée mondiale de l’Organisation, à la fin de mai.

Le passage à un statut de «risque négligeable» permettrait aux producteurs et exportateurs canadiens d’obtenir et de négocier l’accès du bœuf et des produits du bœuf canadiens aux marchés commerciaux.  

«Bien que nous devions encore attendre le vote final, j’ai bon espoir que cela va bientôt leur permettre d’élargir leurs marchés pour l’exportation de bétail et des viandes de bœuf aux États-Unis et sur d’autres marchés étrangers», a indiqué Mme Bibeau.

Selon la ministre, le gouvernement fédéral a travaillé en étroite collaboration avec les provinces et l’industrie pour présenter «une demande solide basée sur des données».

Laisser un commentaire