Le Canada suit de près les ajustements des É-U aux plaintes de l’Europe sur les VE

WASHINGTON — Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré lundi que le Canada «surveillerait de près» la réponse des États-Unis aux plaintes de l’Europe concernant le protectionnisme nord-américain intégré à l’initiative phare du président Joe Biden sur le changement climatique.

M. Biden a reçu un message clair du président français Emmanuel Macron au sujet des incitations climatiques «super agressives» dans la loi sur la réduction de l’inflation  – des incitations qui favorisent les fabricants au Canada et au Mexique, ainsi qu’aux États-Unis.

Il n’en a pas toujours été ainsi. Le projet de loi initial intitulé Build Back Better de M. Biden comprenait un programme de crédit d’impôt pour les véhicules électriques (VE) qui réservait les incitations les plus généreuses aux véhicules électriques assemblés aux États-Unis et construits avec une main-d’œuvre syndicale.

Ce projet de loi s’est effondré, mais son remplacement à la dernière minute, présenté comme une lutte contre l’inflation avant les élections de mi-mandat, a permis d’inclure les véhicules et les minéraux essentiels nord-américains, en partie grâce au lobbyisme canadien concerté.

Maintenant, l’Europe se plaint des aspects mêmes de la loi qui ont suscité des soupirs de soulagement au nord de la frontière, et M. Biden a reconnu l’existence de «problèmes» qui, a-t-il insisté la semaine dernière, n’ont jamais eu pour but d’éloigner les alliés.

«C’est quelque chose que nous surveillons de près et nous sommes en contact avec nos homologues européens, ainsi qu’avec nos homologues américains, pour nous assurer que nous travaillons ensemble», a déclaré lundi Justin Trudeau lors d’une conférence de presse. 

Il était avec le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, à Ingersoll, en Ontario, pour célébrer le lancement de la première usine de véhicules électriques commerciale à grande échelle au Canada, une installation de GM Canada qui est sur le point de construire 50 000 fourgonnettes de livraison électriques par année d’ici 2025.

Quelles que soient les mesures que l’administration Biden finit par prendre pour apaiser d’autres alliés mécontents, le secteur automobile canadien n’a pas peur d’une petite concurrence amicale, a laissé entendre M. Trudeau.

«Nous avons un accord de libre-échange avec l’Europe que nous avons signé il y a quelques années (…) ce qui est un avantage pour le Canada par rapport aux États-Unis lorsqu’il s’agit d’accéder au marché européen, a-t-il déclaré.

«Nous allons toujours nous concentrer sur le fait de rester compétitifs. Nous allons toujours nous assurer que nous pouvons vendre non seulement aux États-Unis, et fabriquer ici au Canada pour les États-Unis, mais aussi pour des partenaires du monde entier.»

«Bonus accidentel» pour le Canada

Aux côtés de M. Macron la semaine dernière, Joe Biden a qualifié d’erreur l’un des aspects les plus importants de la loi pour le Canada, c’est-à-dire les exigences de contenu pour les minéraux essentiels qui favorisent les pays ayant un accord de libre-échange avec les États-Unis. 

«Il ne voulait pas dire, littéralement, « accord de libre-échange »», a déclaré M. Biden, une référence au sénateur Joe Manchin, le démocrate de la Virginie-Occidentale au vote oscillant, qui a réussi à réorganiser la législation avec le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer.

«Il n’a jamais été prévu, lorsque j’ai rédigé la législation, d’exclure les personnes qui coopéraient avec nous. Ce n’était pas l’intention.»

Et pourtant, c’est exactement ce qui s’est passé avec la version originale de la loi, le projet de loi abandonné Build Back Better de M. Biden, qui a déclenché un effort collectif de la part des chefs d’entreprise, des provinces et d’Ottawa pour convaincre les États-Unis qu’ils se tireraient une balle dans le pied, économiquement parlant.

«Notre seul objectif était de nous assurer que nous ne soyons pas exclus», a déclaré Flavio Volpe, président de l’Association des fabricants de pièces automobiles, qui a passé une grande partie de l’année dernière à Washington pour aider à défendre la cause du Canada.

«Si cela inclut tout le monde, eh bien, nous sommes en concurrence avec tout le monde de toute façon.»

M. Volpe a qualifié de bonus – «peut-être un bonus accidentel» – le fait que pour le moment, la loi n’inclut que les États-Unis, le Canada et le Mexique. Mais cela n’a jamais été l’intention ultime, a-t-il dit.

«Pour être franc, la menace était que si ce n’était qu’américain, nous aurions de gros problèmes, car nous vendons 80% des voitures que nous fabriquons à ces consommateurs.»

Lundi a également marqué la troisième réunion du Conseil du commerce et de la technologie des États-Unis et de l’Union européenne, une coalition de hauts dirigeants mandatée par Joe Biden en 2021 pour favoriser leurs propres relations commerciales bilatérales.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, qui copréside le conseil, a clairement indiqué que les préoccupations de l’Europe concernant la loi sur la réduction de l’inflation étaient au premier plan lors de la réunion du groupe dans le Maryland.

«Je pense que nous avons fait avancer cette discussion», a déclaré M. Blinken, soulignant que le groupe a parlé des crédits d’impôt pour les véhicules électriques et commerciaux, des minéraux essentiels et des chaînes d’approvisionnement.

Les États-Unis et l’Union européenne ont déjà mis en place un groupe de travail pour explorer les solutions possibles, les propres commentaires publics de M. Biden contribuant à renforcer l’urgence de ces pourparlers, a-t-il ajouté.

«Nous nous engageons à avancer ensemble, non pas aux dépens les uns des autres, mais au profit les uns des autres.»

La vice-présidente exécutive de la Commission européenne, Margrethe Vestager, a reconnu ce sentiment d’urgence, soulignant que l’Europe a aussi son propre travail à faire pour s’améliorer en matière environnementale.

«La chose la plus importante est probablement que les États-Unis sont pleinement engagés dans la lutte contre le changement climatique», a déclaré Mme Vestager.

«Nous pouvons résoudre les problèmes qui nous préoccupent – nous l’avons déjà montré, nous le montrerons à nouveau – mais le message le plus important, je pense, pour tout le monde, c’est que nous sommes ensemble dans ce qui est nécessaire pour lutter contre le changement climatique.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.