Le Canadien lié à la controverse en Inde est accusé d’avoir proféré des menaces

SURREY, C.-B. — Le Canadien qui avait provoqué un quiproquo diplomatique en assistant à une activité organisée en Inde pour le premier ministre Justin Trudeau est accusé d’avoir proféré des menaces.

Jaspal Atwal est formellement accusé d’avoir menacé de causer la mort ou des lésions corporelles, à la suite d’une dispute présumée le 23 avril à Surrey, en Colombie-Britannique, a indiqué son avocat, lundi. M. Atwal a été libéré sous caution et il devra revenir en Cour provinciale le 24 mai pour fixer la date du procès, a précisé Me Marvin Stern.

Selon l’avocat, le plaignant est animateur dans une station de radio en pendjabi. M. Atwal, qui clame son innocence, plaidera non coupable.

Jaspal Atwal avait été condamné en 1986 pour avoir tenté de tuer un ministre indien en visite en Colombie-Britannique.

En mars dernier, il soutenait qu’il avait été embrigadé, comme bien d’autres, dans le mouvement séparatiste sikh il y a près de 40 ans, et qu’il avait depuis renoncé à la violence.

M. Atwal avait été photographié en compagnie de la femme du premier ministre, Sophie Grégoire, lors d’une réception officielle donnée à Mumbai dans le cadre du voyage officiel de M. Trudeau en Inde, en février.

Son invitation à une deuxième réception avait été annulée lorsque l’affaire a éclaté dans les médias.