Le célèbre créateur de mode japonais Issey Miyake décède à 84 ans

TOKYO — Issey Miyake, qui a bâti l’une des plus grandes marques de mode du Japon et était connu pour ses pièces plissées audacieusement sculptées et emblématiques, est décédé. Il avait 84 ans.

Le créateur de mode est mort le 5 août d’un cancer du foie, a annoncé mardi Miyake Design Office.

Issey Miyake a marqué l’histoire moderne du Japon, devenant célèbre dans les années 1970 parmi une génération de stylistes et d’artistes qui ont atteint une renommée mondiale en définissant une vision japonaise unique en Occident.

Les plis de style origami de M. Miyake ont transformé le polyester généralement grossier en chic. Il a également utilisé la technologie informatique dans le tissage pour créer des pièces. Ses vêtements réalistes étaient destinés à célébrer le corps humain indépendamment de la race, de la corpulence, de la taille ou de l’âge.

M. Miyake détestait même être qualifié de créateur de mode, choisissant de ne pas s’identifier à ce qu’il considérait comme une consommation frivole, tendance et ostentatoire. Il était connu comme le styliste derrière le col roulé noir du fondateur d’Apple, Steve Jobs.

Encore et encore, M. Miyake est revenu à son concept de base de commencer avec un seul morceau de tissu — qu’il soit drapé, plié, coupé ou enveloppé.

Au fil des ans, il s’est inspiré d’une variété de cultures et de motifs sociétaux, ainsi que d’objets du quotidien — plastique, rotin, papier «washi», jute, crin, papier d’aluminium, fil, batik, teintures indigo et câblage.

Il évoquait parfois des images de Jimi Hendrix et Janis Joplin, ou a collaboré avec le peintre japonais Tadanori Yokoo dans des images de singes et de feuillages aux teintes vibrantes et psychédéliques.

Il a également travaillé avec le designer de meubles et d’intérieur Shiro Kuramata, le photographe Irving Penn, le chorégraphe et metteur en scène Maurice Bejart, la potière Lucie Rie et le Ballet de Francfort.

En 1992, M. Miyake a été chargé de concevoir l’uniforme olympique officiel de la Lituanie, qui venait d’obtenir son indépendance de l’Union soviétique.

Né à Hiroshima en 1938, Issey Miyake est devenu une star dès son arrivée sur les podiums européens. Son haut marron, qui associe le tissu cousu japonais appelé «sashiko» à un tricot de soie grège, fait la couverture du numéro de septembre 1973 du magazine Elle.

M. Miyake a également été un pionnier dans les rôles de genre, demandant à la féministe Fusae Ichikawa dans les années 1970 — alors qu’elle avait 80 ans — d’être son modèle, envoyant le message que les vêtements doivent être confortables et exprimer la beauté naturelle des vraies personnes.

Bien qu’il ait fabriqué des vêtements qui allaient au-delà du banal, semblant atteindre le spirituel, il s’est fait un devoir de ne jamais être prétentieux, approuvant toujours le look T-shirt et jeans.

Son bureau a confirmé qu’un enterrement privé avait déjà eu lieu et qu’il n’y aura pas d’autres cérémonies, conformément aux souhaits du défunt. M. Miyake a gardé sa vie de famille privée et ses descendants ne sont pas connus.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.