Le célèbre intervieweur américain Larry King est décédé  samedi

LOS ANGELES — Le célèbre intervieweur américain Larry King s’est éteint samedi à l’âge de 87 ans.

M. King est décédé au Cedars-Sinai Medical Center de Los Angeles, a annoncé Ora Media, le réseau qu’il avait co-fondé. La cause du décès n’a pas été confirmée.

Animateur de radio de longue date, il a présenté des entretiens tous les soirs de la semaine sur les ondes de la chaîne CNN. Il a été récompensé à maintes reprises, recevant notamment deux prix Peabody, l’une des plus prestigieuses récompenses dans les domaines du journalisme télévisé ou radiodiffusé et du documentaire.

Larry King s’est démarqué par la curiosité qu’il portait à chacun de ses invités, d’une victime d’une agression dans Central Park au milliardaire Ross Perot, qui avait annoncé sa candidature à l’élection présidentielle américaine de1992 a son émission.

Il a mené environ 50 000 interviews en ondes. En 1995, il a présidé un sommet de paix au Moyen-Orient avec le président de l’OLP Yasser Arafat, le roi Hussein de Jordanie et le premier ministre israélien Yitzhak Rabin. Les personnalités étaient le bienvenu à son émission: du Dalaï Lama à Elizabeth Taylor, de Mikhail Gorbatchev à Barack Obama, de Bill Gates à Lady Gaga.

ll avait aussi invité la chanteuse québécoise Céline Dion. Au cours d’une entrevue au cours de l’émission, elle avait exprimé son indignation devant l’indigence de l’aide du gouvernement Bush aux sinistrés de l’ouragan Katrina en 2005. «Peut-être que je ne réfléchis pas avec ma raison, mais je parle avec mon coeur, avait-elle lancé en réprimant difficilement ses sanglots. Il n’y a donc personne qui peut défoncer un toit? Les hélicoptères ne prennent que deux personnes à la fois. Prenez un kayak s’il le faut.»

Ses émissions pouvaient être fort révélatrices. Paris Hilton y avait raconté son séjour en prison en 2007. Des proches de Michael Jackson étaient venus parler de sa mort en 2009.

Larry King se vantait de ne jamais trop se préparer à une entrevue. Son style non conflictuel détendait ses invités et l’a rendu facilement accessible à son public.

«Je ne prétends pas tout savoir, a-t-il déclaré dans une interview à Associated Press en 1995. Je n’interroge pas mes invités sur ce qu’il pense de Genève ou de Cuba? Je demande au président ce qu’il n’aime pas dans ce travail ou quelle est sa plus grande erreur. C’est fascinant.»

Larry King reflétait bien la neutralité d’alors de CNN, la seule chaîne de nouvelles de cette époque. Les personnalités politiques, les gens au coeur d’une controverse voulaient être invités à son émission.

Il parvenait à recevoir des invités qui ne recherchaient pas toujours les feux de la rampe. Ainsi de Frank Sinatra, qui accordait rarement des interviews et critiquait souvent les journalistes. Il s’était entretenu avec Larry King — un ami — en 1988. C’était sa dernière apparition à la télévision.

«Pourquoi es-tu ici?», lui avait demandé l’animateur au noeud papillon. «Parce que tu m’as demandé de venir et que je ne t’ai pas vu depuis longtemps. J’ai pensé que l’on pouvait se réunir et parler de beaucoup de choses», lui avait répondu Sinatra.

Larry King n’avait jamais rencontré Marlon Brando lorsque l’acteur a demandé à être reçu comme invité en 1994. Les deux hommes se sont entendus si bien qu’ils ont terminé leur conversation de 90 minutes par une chanson et en s’embrassant sur la bouche, une image qui avait le tour du globe.

Une semaine après un gala célébrant le 25e anniversaire de l’émission, en juin 2010, Larry King avait pris les téléspectateurs par surprise en annonçant sa retraite. «Il est temps de raccrocher mes bretelles», avait-il dit.

Au plus haut de sa popularité en 1998, Larry King attirait 1,64 million de téléspectateurs.

Un bas au haut de l’échelle

Larry King, de son vrai nom Lawrence Harvey Zeiger, est né en 1933, il était le fils d’immigrants juifs d’Europe de l’Est qui tenait un bar et un restaurant à Brooklyn.

Il a jeté son dévolu sur la radio. Il a commencé sa carrière dans une petite station de Miami au bas de l’échelle. Il a bénéficié d’une première chance lorsqu’on lui a demandé de remplacer un animateur qui venait de quitter brusquement la station. Le directeur lui a donné un nouveau nom parce qu’il jugeait que Zeiger faisait «trop juif».

Un an plus tard, une plus grande station le recrutait. Il était l’animateur d’une émission quotidienne d’interviews diffusée depuis un restaurant local.

Après une traversée du désert, Larry King a été engagé en 1978 pour animer la première émission de radio à l’échelle nationale. Le «Larry King Show» a finalement été diffusée sur plus de 300 stations, transformant l’animateur en phénomène national.

Quelques années plus tard, le fondateur de CNN, Ted Turner, l’a embauché. L’émission «Larry King Live» a été lancée le 1er juin 1985. L’émission est devenue la plus populaire de la jeune chaîne. Le salaire initial de Larry King de 100 000 dollars par an est finalement passé à plus de 7 millions $.

Il a souffert de nombreux problèmes de santé au cours des dernières décennies. Il a subi plusieurs crises cardiaques. On l’a diagnostiqué d’un diabète de type 2 et d’un cancer du poumon.

Malgré ces revers de fortune, il a continué de travailler malgré son grand âge, animant des émissions-débats et des infopublicités.

«Travailler, a-t-il déjà déclaré. C’est la chose la plus simple que je connaisse».

Par Andrew Dalton, The Associated Press

Laisser un commentaire