Le chef bloquiste Yves-François Blanchet annule un arrêt prévu au Nouveau-Brunswick

CAP-AUX-MEULES, Qc — La Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick a accusé le chef bloquiste d’avoir menti sur l’annulation de sa visite mardi à Caraquet.

En point de presse à Cap-aux-Meules aux Îles-de-la-Madeleine, Yves-François Blanchet avait laissé entendre que des élus adverses du Nouveau-Brunswick avaient fait pression sur le conseil d’administration de la Société de l’Acadie, forçant son directeur à annuler la rencontre.

Mais dans un communiqué, la SANB soutient que cela est complètement faux.

En outre , l’organisme soutient que seuls les Acadiens peuvent parler au nom des Acadiens.

M. Blanchet n’a pas réagi publiquement aux affirmations de la SANB. Mais une source interne du Bloc a présenté une note écrite démontrant que c’est la SANB qui a annulé la rencontre à la dernière minute.

«Il y avait une rencontre confirmée avec Alexandre Cédric Doucet, cautionnée par la direction, et le conseil d’administration a fait pression pour, à toutes fins pratiques, l’obliger à annuler une rencontre confirmée», avait affirmé M. Blanchet plus tôt.

Il avait invité les médias à vérifier s’il y a eu des pressions exercées, «faire le tour» des députés sortants du Nouveau-Brunswick qui ne «trouvaient pas ça sympathique» que l’association des Acadiens reçoive le chef du Bloc.

M. Blanchet devait aborder l’enjeu du français hors-Québec et des minorités de langue officielle.

«Dans la dernière législature, les francophones hors-Québec et les Acadiens ont eu une seule voix à la Chambre des communes, et c’était le Bloc québécois.»

Il a dit constater le silence des autres partis sur la question de la francophonie canadienne.

«Quand ce pays dont la gouverneure générale n’est pas capable de dire un mot de français fait un débat en anglais où on refuse tout net d’aborder la question du français, je pense que c’est un sujet qui doit être abordé», a-t-il affirmé devant des sympathisants bloquistes.

Rappelons qu’au débat en anglais de jeudi dernier, M. Blanchet a été piqué au vif quand on lui a coupé la parole lorsqu’il a voulu parler du sort du français dans le reste du Canada.

«Quand j’ai voulu aborder le français pour les francophones hors-Québec, on m’a dit: ferme-la, ce n’est pas à l’ordre du jour.»

M. Blanchet a passé finalement une bonne partie de sa journée aux Îles-de-la-Madeleine, où il est arrivé mardi matin.

Il s’agit de sa troisième journée de campagne dans la circonscription de Gaspésie-Les-Îles-de-la-Madeleine, qu’il espère remporter aux dépens du Parti libéral et de sa ministre sortante Diane Lebouthillier.

En 2019, la circonscription avait échappé au Bloc par à peine 600 voix.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.