Le chef de cabinet de Biden devrait quitter son poste dans un proche avenir

REHOBOTH BEACH, Del. — Le chef de cabinet de Joe Biden depuis son arrivée à la Maison-Blanche devrait quitter son poste au cours des prochaines semaines, a indiqué une source au courant des intentions de Ron Klain.

Le départ attendu de M. Klain survient dans la foulée des résultats des démocrates aux élections de mi-mandat, qui ont été mieux que prévu. L’homme a aussi contribué à l’adoption de plusieurs mesures législatives importantes, dont une loi sur les infrastructures.

Les mouvements de personnel sont rares dans l’administration Biden. Aucun membre du conseil des ministres n’a démissionné, un net contraste avec les portes tournantes sous la présidence de Donald Trump.

La source au courant des intentions de M. Klain n’était pas autorisée à en parler de manière publique. Elle a confirmé, sous le couvert de l’anonymat, la nouvelle révélée dans un premier temps par le New York Times. 

La Maison-Blanche n’a pas rappelé l’Associated Press pour s’exprimer sur ce sujet.

Les républicains ayant repris le contrôle de la Chambre des représentants, la Maison-Blanche se prépare à adopter une position plus défensive. Les parlementaires républicains prévoient mener plusieurs enquêtes sur l’administration Biden, notamment le retrait chaotique de l’armée en Afghanistan, et la politique sur l’immigration. Un certain nombre d’entre eux se sont aussi engagés à enquêter sur les activités du fils de Joe Biden, Hunter.

Le départ de M. Klain survient au moment où Joe Biden est embarrassé par la découverte de documents jugés secrets datant de l’époque où il était vice-président dans sa résidence de Wilmington, au Delaware, et dans l’institut qu’il avait créé à  Washington. Le procureur général Merrick Garland a nommé un procureur extraordinairepour enquêter sur la gestion de ces documents.

Parmi les candidats à la succession de M. Klain figurent un conseiller du président, Steve Richetti, les ministres Marty Walsh et Tom Vilsack, l’ancien coordinateur de la réaction au coronavirus à la Maison-Blanche, Jeff Zients, et une conseillère principale de la Maison-Blanche, Anita Dunn.

Mme Dunn, qui a déjà déclaré qu’elle n’était pas intéressée par ce poste, deviendrait la première femme à être chef de cabinet d’un président.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.