Le chef des douanes américaines se ferait chasser de son poste après moins d’un an

WASHINGTON — Le chef du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (CBP) se fait montrer la sortie au moment où le nombre de passages illégaux a atteint le plus haut niveau jamais enregistré au cours d’un exercice, selon deux personnes proches du dossier.

Chris Magnus, qui est commissaire depuis moins d’un an, a été exhorté à démissionner, au lieu de quoi il serait congédié, ont indiqué les deux sources sous le couvert de l’anonymat, puisqu’elles n’étaient pas autorisées à parler publiquement de la situation.

Cela fait partie d’un remaniement plus large attendu à la sécurité intérieure alors que les responsables ont du mal à gérer le flux de migrants venant d’un plus grand nombre de pays, dont le Venezuela, Cuba et le Nicaragua.

Des migrants ont été interceptés 2,38 millions de fois au cours de l’exercice qui s’est terminé le 30 septembre, en hausse de 37 % par rapport à l’année précédente. Le total annuel a dépassé les 2 millions pour la première fois en août et se situe à plus du double du niveau le plus élevé de la présidence de Donald Trump, en 2019.

Brandon Judd, le président du syndicat National Border Patrol Council, a confirmé que M. Magnus se faisait montrer la porte de sortie.

Le «Los Angeles Times» a d’abord fait état de l’ultimatum lancé au commissaire. Dans une déclaration au journal, M. Magnus a affirmé que le secrétaire à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, lui avait demandé de démissionner. Il a dit qu’il ne démissionnerait pas et a défendu son bilan.

Ni l’agence des douanes et de la protection des frontières ni le département de la Sécurité intérieure n’ont répondu aux demandes pour commenter le dossier.

Le remaniement intervient alors que les républicains sont susceptibles de prendre le contrôle de la Chambre des représentants en janvier et de lancer des enquêtes concernant la frontière. Les républicains martèlent que les politiques de Joe Biden n’ont pas fonctionné.

Tandis que les restrictions d’asile de l’ère Trump entraînaient des tentatives répétées, les flux ont été extraordinairement élevés à tous points de vue. Les récents chiffres reflètent la détérioration des conditions économiques et politiques dans un plus grand nombre de pays, la force relative de l’économie américaine et l’application inégale des restrictions d’asile.

L’administration Biden a convenu avec des chefs de gouvernement du continent américain en juin de travailler de concert sur l’accueil de migrants qui fuient leurs pays. Le mois dernier, le Mexique a commencé à reprendre les Vénézuéliens entrés illégalement aux États-Unis, mais les mesures jusqu’à présent ont échoué à produire des changements majeurs.

«Il y a toujours eu des périodes d’afflux de migrants dans ce pays pour différentes raisons, à différents moments, a déclaré M. Magnus à l’Associated Press l’année dernière. Mais je ne pense pas que quiconque conteste que les chiffres sont élevés en ce moment et que nous devons utiliser autant de stratégies différentes que possible pour faire face à ces chiffres élevés.»

Malgré des décennies au sein des forces de l’ordre, le poste de commissaire ne lui était pas tout à fait naturel. En tant que chef de la police de Tucson, en Arizona, il a rejeté les subventions fédérales et la collaboration avec l’agence qu’il dirige maintenant et s’est tenu à distance des dirigeants de la patrouille frontalière dans une région où des milliers d’agents sont affectés.

M. Magnus a irrité certains subalternes – et a ravi les critiques de l’agence – avec son annonce en mai qu’il revoyait les directives sur les poursuites de véhicules après une série de collisions mortelles.

En juillet, M. Magnus a dévoilé une enquête selon laquelle des agents de la patrouille frontalière à cheval se sont livrés à un «recours inutile à la force» contre des Haïtiens dans un camp massif à Del Rio, au Texas, en septembre 2021.

Le National Border Patrol Council a été plus discret dans ses critiques de M. Magnus par rapport à celles à l’endroit de M. Mayorkas, mais M. Judd, le président du syndicat, a déclaré qu’il saluait le départ de M. Magnus.

«Je pense que c’est une bonne chose, a-t-il déclaré. Il travaillait sur des politiques qui allaient simplement inciter à davantage d’activités criminelles. La politique sur la poursuite de véhicules, s’il l’avait mise en œuvre, n’aurait fait qu’augmenter l’activité criminelle.»

M. Magnus a fait l’objet d’un profil peu flatteur dans «Politico», qui citait des responsables de l’administration sous le couvert de l’anonymat, disant qu’il était absent aux réunions de la Maison-Blanche, avait du mal à établir des relations à l’intérieur et à l’extérieur de son agence et n’était pas investi dans son travail, s’endormant même lors de réunions. M. Magnus a soutenu qu’il était profondément impliqué dans les discussions liées à l’immigration.

À Tucson, M. Magnus avait créé un programme contre la dépendance à la drogue, travaillé avec des organisations à but non lucratif aidant les sans-abri et révisé la politique de recours à la force du département. Il avait ouvertement critiqué les politiques de Donald Trump pour avoir rendu les migrants plus réticents à partager des informations sur les crimes avec la police.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.