Le chef des verts de la Colombie-Britannique renonce à la politique

VICTORIA — Le chef du Parti vert de la Colombie-Britannique, Andrew Weaver, qui a mené la formation à une percée électorale historique il y a deux ans, ne sollicitera pas de nouveau mandat lors des prochaines élections provinciales.

M. Weaver avait réduit son horaire de travail alors qu’il se remettait d’une labyrinthite après avoir soudainement éprouvé les symptômes typiques de la maladie le mois dernier. Mais en annonçant sa décision de ne pas se représenter aux élections de 2021, lundi, il a affirmé qu’il ne voulait pas devenir un politicien de carrière.

Il a demandé à son parti d’entamer le processus en vue d’élire un nouveau chef.

Le gouvernement minoritaire néo-démocrate de la Colombie-Britannique se maintient au pouvoir avec le soutien des verts. La décision de M. Weaver n’aura pas d’effet immédiat sur la coalition gouvernementale, puisqu’il demeurera membre de la législature.

Les libéraux détiennent 42 sièges à l’Assemblée législative, contre 41 pour le Nouveau Parti démocratique et trois pour les verts. Il y a aussi un indépendant, l’ancien libéral Darryl Plecas, qui est président de la chambre.

M. Weaver, 57 ans, est un climatologue de renommée internationale. Il a été élu pour la première fois en 2013 comme député provincial de la région de Victoria et est devenu chef du parti en 2015.

Il est professeur à l’Université de Victoria depuis plus de 20 ans et est l’auteur ou le coauteur de plus de 200 articles scientifiques. Il a été l’auteur principal de quatre évaluations scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui a reçu le prix Nobel de la paix avec l’ancien vice-président américain Al Gore en 2007.

En 2017, M. Weaver et les verts ont à nouveau marqué l’histoire lorsque le parti a remporté trois sièges à l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique et a été courtisé par les libéraux et les néo-démocrates, qui cherchaient à former un gouvernement de coalition.

Les verts ont finalement décidé de soutenir le Nouveau Parti démocratique et ont mis fin à 16 ans de règne libéral dans la province.

Le parti a annoncé son intention d’élire un nouveau chef lors du congrès de juin 2020 à Nanaimo.