Le chef d’un parti politique haïtien est assassiné en banlieue de Port-au-Prince

PORT-AU-PRINCE, Haïti — Éric Jean Baptiste, le chef d’un parti politique et ancien candidat aux élections présidentielles haïtienne, a été assassiné, a annoncé samedi sa formation.

Le crime a jeté la stupéfaction au sein de la nation déjà très meurtrie.

M. Baptiste a été tué vendredi en compagnie de son garde du corps dans la village de Laboule, situé dans la banlieue de la capitale Port-au-Prince, a indiqué Ricardo Nordain, porte-parole du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes, un parti fondé en 1979 par un ancien président, Leslie Manigat.

Il était aussi le propriétaire de la plus importante loterie du pays, «Père Éternel Loto».

Personne n’a été arrêté relativement à ce meurtre.

Le premier ministre Ariel Henry a déclaré que plusieurs partageaient son indignation.

«L’horrible assassinat du leader politique, Éric Jean Baptiste et son garde du corps, a, une nouvelle fois, plongé la nation haïtienne dans l’émoi. Nous condamnons énergiquement ce crime odieux contre ce patriote, cet homme politique modéré et engagé pour le changement», a-t-il commenté sur Twitter.

L’assassinat est survenu dans un secteur ou la bande armée des Ti Makak se bat avec celle des Toto pour le contrôle du territoire. Le village de Laboule est situé près de Pétion-Ville, là où a été assassiné le président Jovenel Moïse, en juillet 2021.

Yvon Buissereth, un ancien sénateur qui était le directeur de l’Entreprise publique pour la promotion des logements sociaux, avait été assassiné en août. Son corps avait ensuite été brûlé.

En janvier, deux journalistes avaient été exécutés à Laboule.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.