Le chef libéral Philippe Couillard annonce qu’il quitte la vie politique

Le premier ministre sortant, qui a mené le PLQ à la pire défaite de son histoire lors de l’élection du 1er octobre quitte à la fois ses fonctions de chef du Parti libéral du Québec et de député de Roberval.

Photo : La Presse canadienne

QUÉBEC — Le chef libéral Philippe Couillard quitte la vie politique.

Le premier ministre sortant, qui a mené son parti à la pire défaite de son histoire lors de l’élection générale tenue lundi dernier, en a fait l’annonce jeudi matin au pied du grand escalier du parlement.

Il quitte à la fois ses fonctions de chef du Parti libéral du Québec (PLQ) et de député de Roberval.

Celui qu’on décrit en général comme un homme distant et cérébral était parfois ému aux larmes jeudi, en effectuant son dernier discours à titre de premier ministre du Québec.

Accompagné de son épouse, Suzanne Pilote, elle aussi visiblement très émue, M. Couillard a effectué une sortie très digne, n’empruntant jamais un ton amer, en choisissant de faire ses adieux à la vie publique par le biais d’une brève déclaration solennelle d’une dizaine de minutes.

Il a lu sa déclaration et n’a pris aucune question des journalistes présents.

«Il est maintenant temps de penser un peu à nous», a-t-il dit, la voix chevrotante, tandis que son épouse l’étreignait.

Dans le grand hall du parlement, l’atmosphère était lourde et les yeux rougis.

Il a dit avoir pris acte du résultat électoral de lundi, en en tirant les conclusions inéluctables.

«Le désir de changement s’est clairement exprimé, il faut donc en assumer les conséquences», a-t-il observé. 

M. Couillard a aussi profité de cette dernière apparition publique dans ses fonctions de leader politique pour livrer quelques messages.

À son futur successeur à la tête du PLQ, il a demandé de rester fidèle aux valeurs du parti, et de ne «jamais les marchander pour quelques votes».

Il s’est porté une fois de plus à la défense des libertés individuelles et des droits des minorités, affirmant que «la majorité n’a pas tous les droits» dans une société.

Le sort des minorités «n’est pas un enjeu parmi d’autres», a-t-il ajouté, faisant sienne une citation de l’écrivain Amin Maalouf, convaincu qu’on pouvait juger une société sur le statut réservé aux femmes et aux membres des minorités.

Son successeur aux commandes du gouvernement, le premier ministre élu François Legault, a salué, dans un bref message diffusé sur Twitter, «la contribution importante du premier ministre sortant, Philippe Couillard, à la vie publique québécoise».

«La politique est exigeante et demande du courage, ce qui force le respect», a-t-il écrit.

Le chef démissionnaire du Parti québécois (PQ) Jean-François Lisée a salué sur Twitter la «résilience» du chef libéral dans la tempête.

«Nos désaccords étaient nombreux mais je salue ses années d’engagement politique au service de sa vision du bien commun et sa grande résilience dans les tourmentes», a écrit l’ancien chef de l’Opposition officielle, défait lundi dans sa circonscription de Rosemont.

Le premier ministre Justin Trudeau a commenté brièvement le départ de M. Couillard de la vie politique, en disant de lui qu’il avait «pris très au sérieux ses responsabilités» de premier ministre du Québec. Il a dit avoir même développé des liens d’amitié avec lui. 

De 68 à 32 sièges

En août, au moment de la dissolution de la Chambre, le PLQ comptait 68 sièges à l’Assemblée nationale, mais n’en avait plus que 32 lundi soir, ayant recueilli l’appui de seulement 24,8 pour cent des électeurs.

Son départ ramène à 31 le nombre de députés libéraux et entraînera la tenue d’une élection complémentaire dans Roberval d’ici le mois d’avril.

En fin de soirée lundi, en réaction à la défaite cuisante de son parti, M. Couillard avait affirmé qu’il allait «entreprendre une réflexion» sur son avenir personnel.

«Afin de réduire la période d’instabilité, cette réflexion sera courte, quelques jours au maximum», disait-il lundi soir. Il a donc tenu parole.

Jeudi après-midi, une première rencontre a lieu à Québec entre les candidats libéraux élus et défaits lundi dernier.

Vendredi, un premier caucus des élus libéraux du 1er octobre aura lieu à Québec pour planifier la suite des choses, soit le choix d’un chef par intérim et la définition des modalités de la course au leadership qu’il faudra organiser pour trouver un successeur à M. Couillard.

Ce dernier s’était lancé en politique en 2003, avec l’équipe de Jean Charest. Il a été ministre de la Santé de 2003 à 2008, quand il a décidé de quitter une première fois la politique pour se tourner vers le privé. Quand les libéraux de Jean Charest ont été défaits en 2012, il s’est porté candidat pour lui succéder et est devenu chef du parti en 2013. En 2014, il formait un gouvernement majoritaire.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

21 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Sur le plan national, il aura été le pire PM de toute l’histoire du Québec. Jamais avant lui un PM avait été aussi à genoux devant Ottawa et les minorités.
Bon débarras.

@Francois 1

La défaite a été pénible…lol Je te prédis que Legault va se poigner avec Trudeau. Quatre ans de chicanes en vue. Sur le fond, Legault n’a pas changé: il est toujours souverainiste contrairement à Couillard qui aura été le PM le plus à genoux de notre histoire.
PS: Le Bloc va ressusciter de ses cendres.

Alors que les médias s’acharnaient au cours de cette campagne électorale, la plus sale que j’aie jamais vue au Québec, à décrire monsieur Couillard comme un « sans cœur », un homme distant et peu enclin à regarder et voir le petit peuple Québécois. Monsieur Couillard a livré aujourd’hui, un très beau discours qui établit hors de tout doute l’humanisme qui anime cet homme politique.

Ce côté distant aurait dû plutôt être interprété comme une marque de pudeur, comme une marque de dignité et comme une forme de respect envers ces citoyens qui ont moins bien réussi que lui. Hélas trop peu de personnes, y compris dans les médias, n’ont pris sa défense ou ne sont volées à son secours. Pas même dans son propre parti où les candidats du PLQ ont fait preuve de paresse et d’un manque total de combativité.

La première raison de cet échec du PLQ, c’est cette passivité des candidats libéraux, cette incapacité pour la plupart de se placer à « hauteur d’homme » pour solliciter le privilège de représenter la population, pour être avant toute considération, les élus de la nation.

Bien que je respecte la décision de monsieur Couillard, j’en suis également triste. Nous perdons selon moi, l’un des meilleurs Premiers ministres qu’ait connu le Québec. En seulement quatre ans, il redressé cette province, comme personne jusque-là n’avait fait. Un travail colossal qu’aucun Premier ministre après lui ne fera.

Je suis en ce qui me concerne très pessimiste pour l’avenir du Québec qui selon moi, ne se relèvera jamais du climat acrimonieux qui a régné en tout temps lors de cette campagne électorale. Un climat dégradant, abject, haineux que quant à moi je ne pardonnerai pas.

Je suis ému aussi de son départ, la vie politique ce n’est pas facile c’est une évidence. Mais je ne peux pardonner à un PM de traiter la moitié de la population de xénophobes à mainte reprise, de racistes et de nationalistes ethnique moins souvent mais quand même. D’ailleurs je trouve triste qu’il parle encore que la majorité n’a pas tous les droits:
1. quelle majorité, la majorité anglophone du Canada ou la majorité francophone du Québec
2. les libéraux n’ont jamais eu la msjorite des votes, ils sont donc une minorité soutenu massivement par les nouveaux arrivants, en quoi ça leur donne tous les droits de gouverner et de traiter les autres de nationalistes ethniques
Adieu Couillard, c’est though je n’en doute pas. Mais je me sentirai pas mal pour un medecin a qui on a donné une formation coûteuse mais qui est allé travaillé en arabie pour mettre son argent dans les paradis fiscaux et qui a préféré pratiquer la médecine dans le privé. Tu me sembles être un opportuniste. L’opportunité politique n’est plus là pour toi. Tant pis pour toi. Anywau tu vas te trouver d’autres opportunités au privé ou dans un paradis fiscal ou les deux. C’est comme ton associé Porter qui est allé mourrir du cancer au Panama, un abri fiscal. C’est drôle comment le monde est petit hein? Qui se ressemble s’assemble. Non M. Couillard je ne méritais pas que tu me traite moi et ma nation de xénophobes et que tu donnes l’impression aux nouveaux arrivants qu’on ne les aime pas juste pour gagner des votes. Je travaille avec des immigrants à tous les jours et j’ai du plaisir à discuter de sujet religieux et politiques avec eux parce qu’ils ont des poi ts de vue diversifiés. Ca m’empêchera pas d’avoir mon point de vue sur ma nation et de croire que l’immigration devrait être réduite parce qu’elle est 4 fois supérieure à l’europe et 2.5 fois supérieure aux US et que c’est mauvais pour l’environnement de toujours vouloir accroître la population, l’activité humaine étant un des facteurs qui impacte le us l’environnement. Non je ne suis pas xénophobe et bon dieu que j’etais fatigué que tu sortes ce mot à toutes les sauces devant les médias. Selon moi on devrait te poursuivre en justice pour atteinte à la reputation de la nation québécoise qui a voté massivement pour les partis que tu traitais de xénophobes à saveur de nationalisme ethnique. J’espère ne plus jamais entendre cet argumentaire simpliste qui ne fait que diviser la population en en créant la peur de la majorité chez les nouveaux arrivants. La campagne de peur c’est le PLQ qui la faisait. Adieu et bonne chance au privé.

@ Luc,

Le simple fait que vous parliez de votre nation (dixit : ma nation), signifie très clairement que je ne fais pas parti de votre nation. Je suis pourtant censé disposer des mêmes droits que vous et former la même nation que vous. Donc j’en déduis que c’est vous qui êtes xénophobe. De plus, vous ne pouvez pas concevoir que ceux qui ne sont pas de « votre nation » puissent voter pour tout autre parti que les Libéraux et pour les Libéraux si tel est leur bon plaisir. Franchement, quand je vous lis, je ne me sens pas du tout aimé, plutôt méprisé et haïs ; plus je vous lis et plus j’ai envie de mourir.

Ainsi monsieur Luc, je vais assumer pleinement et complètement que vous êtes raciste et xénophobe (vous et vous seul, pas l’ensemble de la population québécoise). Par le fait même je vous enjoins d’aller de l’avant dans votre démarche puisque par ma position assumée je porterais selon vos mots : « atteinte à la reputation de la nation québécoise », voici deux jours vous parliez encore de « crime contre l’humanité » désignant Couillard et Carlos Leitão ; ceci devrait ce me semble être assez pour vous obliger à me poursuivre devant la justice. Je n’ai pas besoin de monsieur Couillard pour me dire : quoi faire, quoi penser, quoi voter ou quoi dire.

Mon seul libre arbitre suffit.

Je vous offre aujourd’hui une occasion unique de marquer l’histoire et d’écrire la jurisprudence de « ma nation » qui est autant la mienne que la vôtre, en principe « notre nation ». C’est une offre que manifestement vous ne pouvez, que vous ne devez pas refuser. J’accepte sans détour et à l’instant même de goûter à « ta justice » qui sans doute doit goûter tout autrement que la mienne : « notre droit, notre justice, notre liberté ».

— Qui de vous ou de moi porte dans l’instant présent : le poids de l’oppression, les affres de l’angoisse, l’indicible peur de ce sera demain et peut-être le néant ?

Nota 1 : Vos écrits sur Internet restent. C’est une chose que peut-être vous ne saviez pas. Ou c’est peut-être pour cette raison que vous ne vous identifiez pas. Pour pouvoir bavasser longtemps en tout anonymat. Alors quand on méprise autant que vous le Premier ministre et les peuples migrants ou devrait avoir au moins le courage de s’identifier dûment.

Nota 2 : Une autre chose que peut-être vous ne saviez pas. Ce qui forme « la nation », « notre nation », c’est la langue. Alors permettez-moi de vous dire que la langue, vous l’écrivez assez médiocrement, je dirais même que vous n’avez pas votre pareil pour la massacrer. J’ai remarqué dans votre texte pas moins d’une douzaine de fautes d’accords, fautes de syntaxe, anglicismes, sans compter une pléiade de fautes de frappe. Et encore je ne suis pas allé dans le détail pour les corrections.

Bravo Luc. Traiter son peuple de raciste est vraiment unique pour un chef d’État. Du jamais peut-être. Jamais on oubliera la mépris de Couillard, le donneur de leçon.
Je pense avoir trouvé la source du problème: ni lui, ni Justin, ni Pierre-Elliott n’ont été élevés par une maman québécoise. Je pense que leur froideur à l’égard des Québécois part de là. Dans tous les peuples, c’est la mère qui transmet la culture. Ces trois-là n’ont pas reçu leur culture québécoise de leur mère mais de leur père. Une culture plus rationnelle qu’émotive. (je suis étonné qu’aucun logue n’ait jamais exploré cette hypothèse)

jack2,

En vous attaquant spécifiquement à la maman de monsieur Couillard, vous vous attaquez à toutes les mères du monde. Vous vous attaquez qui plus est aux mères Françaises, ce qui est une honte. Vous critiquez le supposé racisme de monsieur Couillard, ce qui me conduit à m’interroger sur la qualité de votre système auditif.

Pour moi, la tenue de propos aussi méprisants envers les mères rejoint la limite du caractère haineux. Je suis convaincu que votre mère ne vous a jamais inculqué de telles valeurs et selon moi vous la déshonorez. C’est donc vers elle que je vais adresser mes prières : pour qu’elle vous pardonne.

@Serge

Enfin quelqu’un prêt à attaquer de front le genre d’opinion que j’amène. C’est vrai que l’existence d’une nation est quelque chose de non tangible et que personne ne peut s’approprier sa propre nation mais plutôt décider de participer à l’identité nationale qui l’anime au fond de lui. Quand je parlais de ma nation je vois ça d’une facon plutôt floue, une nation c’est pas coupé au couteau, et je concède que personne ne la définirait de la même façon, et qu’une même personne le définirait différemment dans le temps. Donc j’avoue que l’utilsation de « ma nation » est inappropriée. Mais par contre vous semblez croire que je crois que cette nation est ultra bien définie. Non je ne suis pas le meilleur en français et je ne crois pas que cette nation se définisse uniquement par la langue d’ailleurs. Quand je réfléchi j’utilise des concepts et des mots qui proviennent de différentes cultures. Au travail je fais tout en anglais parce que c’edt devenu un incontournable dans le genre de métier que je fais et j’en ai pas honte. Je pense pas que parce que je crois faire parti d’une nation je devrais exclure tout ce qui n’en fait pas parti, au contraire, je dois connaître comment ceux qui font parti d’autres nations fonctionnent pour m’améliorer et tenter les gens autour autour à s’améliorer aussi. Quand je parle de statisques migratoires de la banque mondiale ou de recueuil comme « Effects of mass immigration »c’est dans l’objectif de donner de l’information aux gens pour qu’ils voient d’autres points de vue totalement légitime scientifiquement. Je cherche à partager. Me faire traiter de xénophobe par mon PM canadien ou québécois ou même par vous viens seulement confirmer que le débat sur la migration n’est pas rationel et n’est pas um débat informé, c’est essentiellement émotionnel. Je crois qu’un homme politique intelligent comme Dr. Couillard qui utilise un débat émotionnel pour diviser la population en sa faveur c’est effectivement criminel puisque c’est de vouloir garder les gens dans l’ignorance pour arriver à se garder au pouvoir. Que Dr. Couillard viennent parler des chiffres migratoires par habitant hyper élevé du Canada comparé au US et à l’europe et qu’il vienne nous dire qu’on est des xenophobes hyper fermé d’esprit alors qu’on reçoit 2 à 4 plus d’immivrant qu’ailleurs. Il ne parle pas des chiffres puisque ça ne tient pas la route sa théorie de peuple xénophobe, on peut prouver mathématiquement que le peuple ou nation quebecois est accueuillant autant en terme d’immigrant par habitant qu’en terme de subvention à l’immigration. Dans votre cas je ne vous connais pas et je ne m’avancerai pas sur les raisons que vous avez à maintenir ce débat au niveau émotionnel. Ce n’est certainement pas criminel dans votre cas, peut-être ignorez vous des informations et des chiffres pertinent en la matière pour supporter vos croyances ou peut-être au contraire vous avez de l’information et des chiffres que je n’ai pas et que vous avez des raisons légitimes de croire que toute personne qui croit que l’immigration doit baisser est un xénophobe. Tout ce que je sais c’est qu’en lisant vos ligne je vois beaucoup d’emotion mais peu d’information rationelle. Et d’ailleurs vous utilisez des préjugés comme mon écriture, je suis désolé je ne révise pas mes textes sur mon cellulaire lorsque j’ecris dans l’actualité et il est vrai qu’au travail j’ecris essentiellement juste en anglais maintenant. Mais l’utilisation de tel préjugé pour rabaisser une opinion ne vient pas me donner de l’information supplémentaire qui me permettrait pour l’instant de débattre rationnellement afin de possiblement améliorer mon opinion et peut-être même changer mon opinion. La seule chose dont je suis sûr c’est que j’aime les quebecois, incluant les immigrants, incluant les nouveaux arrivant qui n’ont toujours pas leur résidence permanente et que je pense que 99% de tout ces gens sont très ouvert d’esprit au contraire de ce que Dr. Couillard laissait croire juste pour gagner des votes. Même vous serge je crois que vous êtes ouvert d’esprit et j’apprécie que vous attaquiez mon opinion de front en toute authenticité. Je crois que Docteur qui divide la population sur un tel sujet en accusant la majorité de xénophobe ne fait qu’attiser la haine et que c’est un crime. Et je crois que c’est malheureux que ce débat sur l’immigration soit essentiellement émotionnel. Merci de votre opinion et j’ai hâte d’en connaître plus.

@ Luc,
En réponse à vos propos du 6 octobre 2018, 21 h 40 min :

Félicitations pour votre réponse. Vous remontez dans mon estime. Je constate que vous êtes ouvert au dialogue et à la discussion… et c’est tant mieux.

1 — Une des questions qu’implicitement vous posez, c’est : « qu’est-ce qui définit une nation ? »

Il existe plusieurs définitions pour le mot « nation », je vais cependant vous en proposer une version moderne :
« Groupe humain stable, établi sur un territoire défini constituant une unité économique, caractérisé par une auto-conscience ethnique (marquée par l’idée de la communauté d’origine et de destinée historique), une langue et une culture communes, formant une communauté politique personnifiée par une autorité souveraine et correspondant à un stade évolué du mode et des rapports de production. »
Référence : http://www.cnrtl.fr/definition/nation

À noter toutefois que le Québec n’est pas constitutionnellement une autorité souveraine. Donc nous formons une nation à l’intérieur d’une nation : le Canada. Ou si vous préférez : une sous-nation ou encore une nation mosaïque de par la structure de nos origines multiples.

2 — Les questions migratoires : Il est très bien et tout en votre honneur que vous consultiez des données disponibles comme celles de La Banque Mondiale, je consulte aussi de telles données de temps en temps. L’un des problèmes est que les questions migratoires sont complexes, elles affectent la vie des Québécoises et des Québécois ; nous serions de mauvaise foi que de nier cette problématique. Cependant, puisque vous souhaitez mettre l’emphase sur le contenu scientifique, vous devez dans ce cas analyser les données. Il faut entre autre regarder aussi les données démographiques, si vous voulez comprendre les données migratoires. Mettre ces données et quelques autres (comme les besoins en termes de main d’œuvre, l’investissement, etc.) en corrélation. Autrement vous ne faites que la moitié ou moins du travail.

Le problème, c’est que l’actuel PM désigné a démontré lors de cette campagne électorale qu’il n’était pas fort sur les questions migratoires. Comme je participe aux blogues de L’actualité depuis des années, cela fait des années que j’ai abordé ces questions. Lorsque monsieur Legault nous a sorti ses intentions en matières migratoires voici quelques mois, j’ai été parmi les premiers internautes à dénoncer ses projets.

Malheureusement, je dénoncerai ces projets tant et aussi longtemps que monsieur Legault n’aura pas retrouvé la voie de la raison. C’est pourquoi, il a perdu ma confiance et ma voix.

3 — La xénophobie : D’abord selon mes informations, ce n’est pas monsieur Couillard qui a lancé ce débat sur la xénophobie, c’est plutôt Jean-François Lisée qui a accusé monsieur Couillard de traiter les Québécois de xénophobes. Hélas, que cela vous plaise ou non, il y a beaucoup de personnes qui au Québec sont xénophobes. Incluant une forme de racisme anti-français. Je pourrais remplir plus d’une vingtaine de pages des situations que j’aie vécues en tant qu’immigrant. Tous les immigrants ont pour la plupart vécu des situations comme les-miennes ou pires. Vous n’y êtes pour rien, mais les immigrants sont loin d’être tous bien accueillis partout au Québec. Et loin aussi d’obtenir le statut et la reconnaissance sociale que tous méritent.

Contrairement à ce que vous écrivez, l’immigration au Québec n’est pas subventionnée. Elle est budgétée. On ne donne pas d’argent aux immigrants pour immigrer. C’est même tout le contraire, les difficultés pour apprendre le français viennent tout particulièrement du fait que la majorité des immigrants qui entrent au Québec sont pauvres (j’ai été administrateur d’un Centre de référence qui venait en aide aussi aux migrants, je sais de quoi je parle). J’en ai croisé plus d’uns qui ont faim.

Vous avez cependant un point sur lequel je suis entièrement d’accord avec vous : les émotions. Oui ! L’immigration est émotionnelle. Et oui ! Nous avons un travail à faire collectivement d’où que nous soyons sur nos émotions.

4 — Les croyances : Je viens d’un pays qui est constitutionnellement laïc depuis 1905. J’ai été éduqué à l’École laïque. Je ne souscris à aucune croyance en particulier et justement parce que je suis laïc je n’exclus aucunes croyances ; aucunes. Objectivement, je n’ai pas la moindre leçon à recevoir en cette matière de l’État Québécois qui n’est pas laïc puisqu’il n’est pas Républicain. Alors si vous voulez devenir laïc, commencez d’abord par écrire votre Constitution. Ou plutôt « notre » Constitution ou bien alors, soyons des Canadiens à part entière (nous avons le choix).

Nous ne nous connaissons certes pas. Si ce n’est qu’en matière d’informations et de données, je suis quelqu’un de sérieux, justement. Par conséquent, je suis rationnel et j’ai été éduqué pour cela. Alors, vous prenez pour croyances, ce que très simplement vous ne comprenez pas. Rassurez-vous… vous n’êtes pas le seul dans ce cas.

Conclusion :
Lorsque vous dites que vous n’êtes pas xénophobe, eh bien, je vous crois. J’aimerais beaucoup que 99% de la population fasse preuve d’autant d’ouverture que vous. Je ne crois hélas pas que ce soit le cas. Quoiqu’il en soit, s’il est un point où nous nous rejoignons, c’est certainement que le dialogue avec nos semblables a toujours, toujours bien meilleur goût. J’espère que ces propos serviront en grande partie à dissiper nos différents.

@Serge
Je ne m’en prends pas du tout à sa mère française: j’explique pourquoi Couillard est incapable de nous comprendre.

Dans le monde entier, la culture nationale se transmet par la mère, le père étant souvent absent de la maison. On ne peut pas être juif si on n’a pas une mère juive. Parlez-en à Normand Lester et (feu) Jean Ferrat.

Or ni le PM du Québec, ni sa vice-PM (qui nie les problèmes linguistiques du Québec), ni son ministre des Finances (qui nous a accusés de faire du nationalisme ethnique), ni son candidat dans Taillon (qui nous a accusés de faire du nettoyage) ni son chef des Jeunes libéraux n’ont été élevés par une mère québécoise.

S’ajoutent les Jean Charest, les Justin Trudeau, les Pierre-Elliot Trudeau, tous élevés par des mères non-québécoises. Tout part de là. Ils n’ont pas appris à la maison à nous aimer et surtout à nous connaitre

@ Jack2,
Merci pour votre réponse du 8 octobre 2018, 9 h 00 min :

Ce que vous dites n’est pas juste et repose sur des théories qui ne sont pas scientifiques. Parlons de moi : J’ai une mère Française (ou plutôt j’avais) originaire de la Bretagne et j’avais un père juif. En ce qui me concerne, je ne renie aucunes de mes origines ; mais ma sœur a toujours mal vécu sa judaïcité, elle a aussi renié ses origines catholiques et se fait passer volontiers pour orthodoxe. Je suis satisfait de mes origines juives autant que de mes origines bretonnes.

J’ai depuis quelques années des petits cousins qui sont nés d’une mère Bretonne et d’un père Mauritanien qui plus est musulman. Je m’entends très bien avec ces enfants, ces enfants sont à l’aise avec leur appartenance mixte. C’est le papa et la maman qui partagent conjointement l’éducation de leurs enfants respectueusement et équitablement.

Si vous êtes déjà allé en France, vous vous apercevrez que les Français se déclinent de mille et une façons. Certains sont plus distants que d’autres peu importe les origines de leurs mères.

Pour vous dire les choses franchement, je trouve que la plupart des Québécois de souche sont froids, j’attribue cette froideur non pas au climat, mais à l’influence britannique. Pour moi qui aie séjourné au Royaume-Uni et en Écosse, je trouve que le comportement social des Québécois ressemble plus à celui des Anglais qu’à celui des Français.

L’attachement affectif des humains à la mère est universel. Le comportement des gens se rapporte plus à la définition du groupe comme « personne morale » plutôt qu’à la seule influence des parents. Si vous avez des enfants et des petits enfants ou des frères et sœurs, vous aurez constaté certainement que tous sont différents. Même s’ils ont en commun la même maman.

Il est très bien d’aimer les mères Québécoises, plus d’une se sont avérées très méritantes, tout particulièrement du temps où les familles étaient nombreuses ; vous avez entièrement raison de vouloir leur rendre hommage ; mais pas au point de diaboliser les mères issues d’autres communautés et d’amalgamer ces mères au comportement de divers politiciens que vous exécrez. Pour moi c’est de la « petite politique » et je refuse d’embarquer dans cela.

Mon opinion et s.v.p. la respecter, même si vous n’êtes pas d’accord.
Merci a ce gouvernement d’avoir assaini les finances publiques.Il laisse a ces nouveaux une province en bonne santé financiere qui pourront apporter des améliorations sans nous endetter encore. Pour moi cette défaite est due, en grande partie, aux médias,et surtout aux réseaux sociaux. Tous les jours on ne nous fait voir que le négatif. Et c’est la raison pourquoi nous votons contre et non pour un gouvernement. Que reste t-il de la vague Orange?

Les medias et les réseaux sociaux !!!! Je pense que vous avez comme les autres députés libéraux une bonne réflexion à faire! Bonne chance!

en toute sincérité je respecte votre opinion, la rigueur budgétaire de Couillard a été bénéfique, on peut juste espérer que la CAQ va pas tout gaspiller en promesse non tenue ou frivole

c’est vrai que j’ai voté contre le gouvernement en place, comme vous dites, sur la base des sondages j’ai choisi le plus probable pohr faire debarquer le PLQ

dans mon cas ce ne sont pas les médias négatif qui m’ont convaincu par contre, dans mon cas c’est de voir une majorité de gens se faire traiter de xénophobe et de nationaliste ethnique, c’est à mon avis innacceptable de la part d’un PM et d’un médecin, c’était mon devoir selon moi de participer avec la majorité de la population à arrêter ce gouvernement qui somme toute faisait un bon travail

quand Taillefer est arrivé je croyais vraiment qu’il changerait quelque chose dans la stratégie électorale du PLQ mais j’ai été déçu de voir le PLQ utiliser la peur en général, et meme la peur d’un référendum pour changer le mode de scrutin (faut le faire), pour essayer de gagner des votes, j’ai trouvé la campagne de Taillefer minable et non digne d’un entrepreneur

au moins dans sa dernière allocution Dr Couillard n’a pas encore utilisé le mot xénophobe

mais j’aurais pu voter PLQ dans d’autres circonstances

Vous avez en partie raison. Les finances du Québec sont dans un excellent état, voire enviables, du jamais vu, et même si M. Couillard avait trouvé le remède contre tous les cancers, il aurait continué à être vilipendé par une partie de la meute de chroniqueurs et de pseudo-journalistes travaillant pour l’Empire. C’en était même ridicule à certains moments. Et leur patron qui a le front de vouloir nous faire croire qu’il n’intervient jamais dans sa salle de presse…

Mais…bon…les Québécois voulaient « du changement », comme les Montréalais et les Américains. Regardez ce qu’ils ont l’air aujourd’hui avec leur « changement »!

Je trouve dommage que l’on se prive du plus intelligent premier ministre que nous ayons eu depuis longtemps, et qui était secondé par le meilleur économiste au monde. Et tout ça pour une bouchée de pain.

J’ai comme l’impreSion que ça va nous coûter très cher à long terme.

Pourquoi focusser autant sur les minorités ? Bien sûr , on doit les protéger et les intégrer; mais ce n’ est pas de cela dont on parle! Il doit y avoir un équilibre entre le nationaliste québecois et le multiculturaliste canadien. La majorité francophone au Québec n’ est pas une ethnie quelconque qui a émigrée récemment; c’ est un des 2 peuples fondateurs !! La grande majorité du temps , les frictions avec les immigrants ont été avec ceux qui pratiquent la religion musulmane ! À travers les années il y a eu au Québec des vagues d’ immigrants comme les Italiens, Vietnamiens, Français et bien d’ autres et ils se sont intégrés sans problème! Hors combien de musulmans pratique réellement leur religion ? Combien de femmes musulmanes portent le hidjab sans contrainte! Avons-nous des réponses à cela? Combien d’ imans autoproclamés prêchent dans les mosquées au Québec l’intolérance ? Je suis bien d’ accord qu’ il faut protéger nos minorités mais toute proportion gardée quel est le pourcentage le plus controversé de ses minorités? Le mot intégriste au Québec existe-il ?

Couillard demande à son successeur de rester fidèle aux valeurs du parti. La blague est bonne. Les valeurs du parti au PLQ sont très élastiques et sont, avant tout, les valeurs du chef. Du moins en ce qui concerne sa position sur l’échiquier nationaliste. Couillard n’avait aucun agenda pour faire avancer le Québec. D’autres chefs avant lui ont essayé de faire plier Ottawa. Je veux bien croire que la menace souverainiste est à son plus bas présentement et qu’il est préférable de ne pas attiser la braise, mais je suis certain que si Couillard avait démontré une plus grande sensibilité envers les revendications des souverainistes mous il aurait su plaire davantage à une proportion plus grande de l’électorat et il n’aurait pas été aussi détesté. On peut quand même aisément comprendre la stratégie libérale de laisser le couvercle fermé sur la marmite indépendantiste. Un simple « non » de la part d’Ottawa a le pouvoir de réveiller la rage souverainiste qui sommeille au fond de beaucoup de Québécois.

c’est bien vrai que le chef au PLQ change tout, même de l’epoque de Robert Bourassa le PLQ était nationaliste, il cherchait à aller chercher des pouvoirs au fédéral, même un droit de veto dans l’accord du lac meech, un droit de veto ainsi que la denomination de « société distincte », le PLQ devrait revenir à son nationalisme et à son désir de protéger le pouvoir provincial qui l’animait à l’origine

c’est Jean Charest qui a changé tout ça, s int tellement eu peur de perdre au référendum de 1995 qu’ils se sont dit on va mettre Jean Charest, un federaliste conservateur qui avait fait la campagne du NON afin de s’assurer de rendre le parti libéral totalement PAS nationaliste et de capitaliser sur les votes des immigrants que Jean Chretien à commencer à faire entrer massivement dans les années 1990, en parallèle avec son scandale des commandites pour favoriser l’identité canafienne au Québec

le PLQ a changé à ce moment là, il est devenu l’ennemi du nationalisme, l’ami des immigrants qui arrive en masse depuis 20 ans, et le vecteur le plus important en terme de propaghande au Québec pour s’assurer qu’il n’y ait plus de référendum

si le PLQ pouvait juste cesser d’avoir si peur de la souveraineté qui ne se produira pas de toute façon, il pourrait recommencer à faire le travail comme Robert Bourrassa le faisait à l’époque, un travail de nationaliste et de protecteur des droits du Québec dans la federation canadienne

malheureusement pour le PLQ la CAQ vient de prendre cette position, et si le PLQ continu à persister à faire la propaghande anti-nationaluste-quebecoise envers les immigrants ils vont simplement se radicaliser et devenir un parti comme le front national de Lepen pour les immigrants et les anglophones au Québec qui détestent les québécois et tout ce que peut représenter l’identité et nation québécoise

résumé : depuis le referendum de 1995, et comparativement à Robert Bourassa, le PLQ s’est radicalisé pour devenir un parti qui divise la population québécoise en prenant comme position que les québécois sont des xénophobes, il est temps qu’ils redeviennent un peu plus rationel

Il y aurait peut être un ménage politique à faire au sujet des députés qui se font élire, mais qui démissionnent si pas au pouvoir.