Le comité du 6-Janvier dévoile son rapport final, décrivant le «complot» de Trump

WASHINGTON — Aux États-Unis, le comité de la Chambre des représentants qui se penche sur l’insurrection du Capitole, le 6 janvier 2021, affirme dans son rapport final que Donald Trump s’est engagé criminellement dans une «conspiration en plusieurs parties» pour annuler les résultats légaux de l’élection présidentielle de 2020 et n’a pas agi pour empêcher ses partisans d’attaquer le Capitole. Cela vient conclure une enquête extraordinaire de 18 mois sur l’ancien président et la violente insurrection d’il y a deux ans.

Le rapport de 814 pages publié jeudi intervient après que le panel a interrogé plus de 1000 témoins, tenu 10 audiences et obtenu des millions de pages de documents. Les témoins — allant de nombreux assistants les plus proches de M. Trump aux forces de l’ordre à certains des émeutiers eux-mêmes — ont détaillé les actions de M. Trump dans les semaines précédant l’insurrection et comment sa vaste campagne de pression pour annuler sa défaite a directement influencé ceux qui ont brisé les fenêtres et les portes du Capitole le 6 janvier 2021.

La cause centrale était «un homme», indique le rapport : Donald Trump.

L’insurrection a gravement menacé la démocratie et «a mis la vie des législateurs américains en danger», a conclu le panel de neuf membres.

Dans un avant-propos du rapport, la présidente sortante de la Chambre des représentants Nancy Pelosi déclare que les conclusions devraient être un «appel du clairon à tous les Américains : à protéger avec vigilance notre démocratie et à ne donner notre vote qu’à ceux qui sont consciencieux dans leur défense de notre Constitution».

Les huit chapitres de conclusions du rapport racontent l’histoire en grande partie comme ont été les audiences du panel cet été — décrivant les nombreuses facettes du plan remarquable que M. Trump et ses conseillers ont conçu pour tenter d’annuler la victoire du président Joe Biden. Les législateurs décrivent sa pression sur les États, les fonctionnaires fédéraux, les législateurs et le vice-président Mike Pence pour déjouer le système ou enfreindre la loi.

Les fausses allégations répétées de M. Trump concernant la fraude électorale généralisée ont trouvé un écho auprès de ses partisans, selon le comité, et ont été amplifiées sur les réseaux sociaux, s’appuyant sur la méfiance à l’égard du gouvernement qu’il avait entretenue pendant ses quatre années au pouvoir. Et il n’a pas fait grand-chose pour les arrêter lorsqu’ils ont eu recours à la violence et ont pris d’assaut le Capitole.

Le rapport massif et accablant intervient alors que M. Trump se présente à nouveau à la présidence et fait également face à de multiples enquêtes fédérales, y compris des enquêtes sur son rôle dans l’insurrection et la présence de documents classifiés à sa résidence de Floride. Cette semaine est particulièrement chargée pour lui, car un comité de la Chambre devrait publier ses déclarations de revenus après qu’il se soit battu pendant des années pour les garder privées. De plus, M. Trump a été blâmé par les républicains pour une performance pire que prévu lors des élections de mi-mandat, le laissant dans son état le plus vulnérable politiquement depuis qu’il a remporté les élections de 2016.

Il s’agit aussi d’un acte final pour les démocrates de la Chambre des représentants qui cèdent le pouvoir aux républicains dans moins de deux semaines et qui ont passé une grande partie de leurs quatre années au pouvoir à enquêter sur M. Trump. Les démocrates ont destitué M. Trump deux fois, la deuxième fois une semaine après l’insurrection. Il a été acquitté par le Sénat les deux fois. D’autres enquêtes dirigées par les démocrates ont fouillé ses finances, ses entreprises, ses liens avec l’étranger et sa famille.

Lundi, le panel de sept démocrates et de deux républicains a officiellement transmis son enquête au département de la Justice, lui recommandant d’enquêter sur l’ancien président pour quatre crimes, dont aide à une insurrection. Bien que les renvois criminels n’aient aucune valeur juridique, il s’agit d’une déclaration finale du comité après son enquête approfondie d’un an et demi.

M. Trump a tenté de discréditer le rapport, qualifiant les membres du comité de «voyous et de scélérats» alors qu’il continuait de contester à tort sa perte de 2020.

En réponse aux renvois criminels du panel, M. Trump a déclaré : «Ces gens ne comprennent pas que lorsqu’ils viennent après moi, des gens qui aiment la liberté se rassemblent autour de moi. Cela me renforce.»

Le comité a également commencé à publier des centaines de transcriptions de ses entretiens. Jeudi, le panel a rendu publiques les transcriptions de deux entretiens à huis clos avec l’ancienne assistante de la Maison-Blanche Cassidy Hutchinson, qui a témoigné en personne lors de l’une des audiences télévisées de l’été et a décrit en détail les efforts de M. Trump pour influencer les résultats des élections et l’indifférence envers le la violence telle qu’elle s’est produite.

Dans les deux entretiens, tous deux menés après sa comparution en juillet à l’audience, elle a décrit combien d’alliés de M. Trump, y compris son avocat, ont fait pression sur elle pour qu’elle n’en dise pas trop lors de ses entretiens avec le comité.

— Avec des informations d’Eric Tucker, Farnoush Amiri, Lisa Mascaro, Jill Colvin, Nomaan Merchant et Michael Balsamo.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.