Une organisatrice affirme que Brown a organisé son paiement par une tierce partie

OTTAWA — Une organisatrice du Parti conservateur du Canada (PPC) de longue date a déclaré que Patrick Brown était personnellement impliqué dans un arrangement qui l’a fait être rémunérée par une société tierce pour le travail qu’elle a effectué dans le cadre de sa campagne à la direction.

Debra Jodoin, par l’intermédiaire de son avocat, a publié une déclaration jeudi soir, après que le parti a passé les deux derniers jours à faire face aux retombées de la disqualification de M. Brown de la course.

Le commissaire aux élections fédérales se penche sur de présumées violations des règles de financement politique au sein de l’équipe du candidat à la direction du Parti conservateur Patrick Brown, au moment même où les premiers bulletins de vote pour l’élection du parti ont commencé à apparaître dans les boîtes aux lettres.

Les membres du Comité organisateur de l’élection du chef (COEC) au Parti conservateur du Canada ont voté cette semaine, par 11 voix contre 6, pour disqualifier M. Brown de la course. Le président du COEC a déclaré qu’il avait pris connaissance de graves allégations d’actes répréhensibles.

M. Brown n’a pas quitté la course tranquillement. Depuis sa disqualification, il a critiqué le parti, affirmant qu’il n’avait pas été informé des détails des allégations qui le visaient et que son équipe avait fait de son mieux pour répondre. 

Il a dit que ce que le comité a présenté était une allégation anonyme selon laquelle quelqu’un travaillant sur sa campagne était payé par une société. M. Brown a soutenu que sa campagne avait suivi les règles.

Bien que le parti n’ait pas divulgué les détails de l’allégation, il a déclaré qu’il semblait enfreindre les règles de financement en vertu de la Loi électorale du Canada et provenait de la propre campagne de M. Brown.

Debra Jodoin s’est révélée jeudi être la lanceuse d’alerte dans un communiqué diffusé par son avocat.

Dans la déclaration, elle s’est décrite comme membre du PCC et de ses prédécesseurs depuis 22 ans, ainsi qu’une organisatrice de nombreuses campagnes différentes au cours de cette période.

Mme Jodoin a mentionné qu’elle avait brièvement travaillé comme organisatrice régionale pour la campagne de Patrick Brown de mai à début juin à sa demande.

«M. Brown m’a dit qu’il m’était permis d’être employée par une entreprise en tant que consultante, puis que cette entreprise me fasse faire du bénévolat pour la campagne», a-t-elle affirmé.

«Il m’a mis en contact par textos avec un tiers à cette fin. Je lui ai fait confiance, mais au fil du temps, je suis devenu de plus en plus préoccupé par l’arrangement et je soupçonnais que ce n’était pas OK», dit-elle. 

La déclaration indique qu’en juin, elle a demandé à M. Brown que la campagne prenne en charge ses dépenses, précisant qu’il s’est dit surpris et a fait savoir qu’il était sur le coup.

«Une société m’a payée et a payé mes dépenses, pas la campagne de M. Brown», a-t-elle précisé. 

Son avocat, Jason Beitchman, a déclaré que Mme Jodoin partageait ses préoccupations avec le parti et qu’elle a demandé que son identité reste confidentielle.

«Sur cette base, elle a estimé qu’il était de son devoir de faire part de ses préoccupations et de laisser à d’autres le soin de déterminer les mesures supplémentaires à prendre, le cas échéant», a informé M. Beitchman.

«Mme Jodoin rejette expressément toute suggestion selon laquelle elle a été forcée ou forcée par d’autres à se manifester et l’a fait de son propre gré», assure l’avocat. 

L’équipe de campagne de M. Brown n’a pas répondu aux demandes de commentaires pour le moment. 

Un porte-parole de l’organisme fédéral «chargé de veiller à l’observation et au contrôle d’application de la Loi électorale du Canada» a confirmé que le commissaire avait reçu des informations concernant l’éviction soudaine de M. Brown de la course à la chefferie conservatrice. 

Invoquant la confidentialité des dossiers, le commissaire ne divulguera toutefois pas la nature ou les détails de ce qu’il a reçu.

M. Brown a retenu les services de l’avocate réputée Marie Henein, qui a prévenu le Parti conservateur et les personnes impliquées dans la décision de se préparer à une poursuite judiciaire anticipée. Elle a également soutenu que sa campagne n’avait rien fait de mal.

Bulletins de vote 

Bien que son nom ait été effacé de la liste des candidats du parti, le nom de Patrick Brown apparaîtra toujours sur les bulletins de vote, dont le premier lot, selon le parti, a récemment été envoyé par la poste.

Avec un nombre impressionnant de 670 000 membres inscrits pour voter pour le prochain chef conservateur — un record pour tout parti politique fédéral, selon les conservateurs — au moins deux équipes de campagne, dont celle de M. Brown, ont exprimé des inquiétudes quant au moment où le parti envoie les bulletins. 

«Il est curieux que les bulletins de vote soient sortis avant que la liste des membres ne soit finalisée. Cela signifie que des équipes de campagne ont moins d’une semaine pour persuader certains membres», a écrit Michelle Coates Mather, directrice des communications pour la campagne de Jean Charest.

«Cela dit, nous sommes toujours confiants dans notre capacité à obtenir notre vote — quel que soit le moment où les bulletins de vote sont reçus, tous les membres vérifiés verront leur vote compté.»

Les bulletins de vote par correspondance sont attendus au plus tard le 6 septembre pour que le parti dévoile son prochain chef le 10 septembre.

L’idée du parti derrière l’échelonnement est de commencer par les membres dont ils ont déjà vérifié les informations, puis d’envoyer les autres aux nouveaux membres une fois le processus de vérification terminé, car les campagnes ont eu la possibilité de contester ces nouvelles inscriptions.

Chaque campagne à l’exception de celle de M. Brown — qui a été disqualifiée pour des violations présumées — a reçu une liste électorale préliminaire, et le parti doit finaliser la liste électorale au plus tard le 29 juillet.

Un autre facteur pris en compte par le parti est la capacité de Postes Canada à gérer autant de milliers de bulletins de vote par la poste.

Le directeur de campagne de M. Brown, John Mykytyshyn, a déclaré à La Presse Canadienne qu’il avait précédemment exprimé des inquiétudes quant à la façon dont le siège du parti prévoyait d’envoyer les bulletins de vote par lot, en commençant par ceux qui sont déjà membres, suivis de ceux qui sont nouveaux. 

«En le faisant en fonction de la durée de votre adhésion (…) ça fait en sorte que certains candidats ont un avantage parmi les membres existants. C’est un avantage injuste», a-t-il soutenu, mais refusant de nommer des noms.

M. Brown dit avoir recruté plus de 150 000 nouveaux membres, tandis que l’équipe de M. Poilievre affirme avoir enregistré 312 000 adhésions via son site web de campagne.

M. Mykytyshyn a fait valoir que quelqu’un qui obtient un bulletin de vote plus tôt a un «avantage distinct» parce qu’il a non seulement plus de temps pour le remplir, mais aussi pour demander de l’aide s’il en a besoin, ajoutant qu’il n’y a aucune garantie du temps qu’il faut pour qu’un bulletin de vote voyage par la poste, ce qui pourrait avoir une incidence sur son arrivée dans les délais.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.