Le commissaire fédéral à l’éthique enquête sur un député libéral de Vancouver

OTTAWA — Le commissaire fédéral aux conflits d’intérêts et à l’éthique a ouvert une enquête concernant des allégations selon lesquelles le député libéral Joe Peschisolido aurait omis de déclarer que le Barreau de la Colombie-Britannique avait pris le contrôle de son cabinet d’avocats, plus tôt cette année.

Le commissaire à l’éthique, Mario Dion, a confirmé l’ouverture d’une enquête, dans une lettre au député conservateur Peter Kent, qui lui avait demandé de se pencher sur la question.

Les règles d’éthique fédérales exigent que les députés signalent, dans un délai de 60 jours, tout changement important aux renseignements contenus dans la déclaration sur leurs investissements et intérêts privés.

Or, le sommaire de la déclaration du député de Steveston–Richmond-Est, dans la région de Vancouver, mentionne qu’il est toujours l’unique propriétaire de la «Peschisolido Law Corporation», même si le Barreau de cette province a nommé en avril un gardien dépositaire chargé de liquider ce cabinet de droit immobilier.

M. Peschisolido, qui avait également quitté le Barreau l’année dernière, a publié un communiqué dans lequel il promet de collaborer à l’enquête, sans pouvoir commenter davantage.

Le député Kent fondait sa plainte sur un reportage de Global News, qui évoquait le rôle joué par ce cabinet d’avocats dans une transaction immobilière dite «de fiducie nue» impliquant un investissement dans un projet de copropriété piloté par le présumé dirigeant d’un cartel chinois de la drogue.

Ces transactions ne sont pas illégales, mais elles sont scrutées à la loupe en Colombie-Britannique, une province aux prises avec un scandale de blanchiment d’argent qui serait responsable de la flambée des prix de l’immobilier. Les conservateurs et les néo-démocrates ont posé des questions sur le blanchiment d’argent à la Chambre des communes lorsque l’affaire a éclaté en juin, mais l’enquête de M. Dion est centrée sur la seule déclaration des actifs et passifs du député, pas sur la transaction en question.

M. Peschisolido, élu pour la première fois en 2000, se présente à nouveau cet automne.

Les plus populaires