Le comté de Pinellas, en Floride, est à surveiller le soir de l’élection

ST.PETERSBURG, Fla. — Latricia Robinson a enfilé un masque chirurgical et s’est rendue au bureau du superviseur des élections du comté de Pinellas pour déposer son bulletin de vote, comme les quelque 135 000 personnes du comté de la Floride qui voteront par anticipation pour les élections.

La résidante de St.Petersburg de 48 ans affirme que la pandémie, les tensions raciales et la rudesse générale de la politique ont pesé lourdement sur elle cette année. 

«C’est la première fois que je vois le monde dans un tel tumulte, a-t-elle déclaré après avoir voté pour le candidat démocrate Joe Biden. Nous sommes dans le chaos, et ce n’est pas la voie à suivre.»

Alors que la campagne entre dans ses deux dernières semaines, la Floride demeure un État clé pour gagner l’élection présidentielle et le comté de Pinellas, l’un des plus grands de l’État, est l’un de ces endroits susceptibles d’influencer le résultat final.

«C’est certainement un baromètre des grandes tendances», a souligné Daniel Smith, professeur de sciences politiques à l’Université de Floride.

«C’est un comté dynamique. C’est un bon endroit pour regarder les résultats»

Perché à l’extrémité ouest du célèbre couloir de l’Interstate 4 de la Floride, Pinellas est difficile à catégoriser car ses électeurs chevauchent l’axe progressiste-conservateur. Le démocrate Barack Obama a remporté le comté à deux reprises, mais les électeurs se sont ensuite tournés vers le républicain Donald Trump, qui l’a gagné par seulement 5500 voix. Pinellas était le plus grand des quatre comtés de l’État à passer de Barack Obama à Donald Trump.

«Il s’est déplacé davantage vers la droite que l’État dans son ensemble», a indiqué l’analyste politique Kyle Kondik, de l’Université de Virginie.

Mais est-ce bien le cas? En 2018, Pinellas a voté pour les démocrates Andrew Gillum pour le gouverneur et Bill Nelson pour le Sénat. Les deux ont perdu.

Un comté diversifié

L’une des raisons pour lesquelles il est si difficile de capter l’humeur de l’électorat ici est qu’il s’agit vraiment de trois régions distinctes en une. Pinellas est une péninsule, prise en sandwich entre le golfe du Mexique et la baie de Tampa, et est le comté le plus densément peuplé de l’État. Il y a environ 713 000 électeurs inscrits, avec un peu plus de démocrates inscrits que de républicains.

Sa plus grande ville — St.Petersburg — se trouve au Sud. Elle abrite une communauté afro-américaine dynamique et historique, qui vote traditionnellement pour les démocrates. Ces dernières années, la ville est également devenue un paradis pour les hipsters, avec une prolifération de brasseries, de marchés de rue indépendants vendant du kombucha et de jeunes gens qui s’installent dans des condos modernes situés dans le centre-ville pittoresque.

En général, la ville est considérée comme un bastion progressiste, avec un drapeau LGBTQ qui flotte au-dessus de l’hôtel de ville pendant le mois de la fierté et un maire qui critique souvent le gouverneur républicain Ron DeSantis.

Au centre du comté, il y a des familles établies en banlieue. Beaucoup font la navette vers St.Petersburg ou de l’autre côté de la baie jusqu’à Tampa. Ils sont préoccupés par les impôts, les soins de santé et les écoles.

La partie nord du comté n’est pas moins peuplée et il y a aussi beaucoup de familles. Mais il existe également de grandes communautés d’électeurs plus âgés, et ils ont tendance à être plus conservateurs et préoccupés par des questions comme la sécurité sociale.

Et à l’Ouest se trouve une série de communautés insulaires et de plages de sable de sucre. Ces électeurs sont généralement riches et conservateurs.

«Le seul segment de cette zone qui est vraiment à gagner est le noyau central», a indiqué Darryl Paulson, professeur émérite à l’Université de Floride du Sud à St.Petersburg.

Pinellas n’a pas beaucoup changé quant à sa population totale au fil des ans. Le comté a oscillé autour d’un million de résidents pendant deux décennies, contrairement à la forte croissance observée à Miami, Tampa et Orlando. Pinellas a gagné des résidants hispaniques, mais pas au même rythme que d’autres grands comtés. Sa population noire est restée pratiquement la même.

La COVID-19, une préoccupation

La pandémie — et ses implications économiques — est probablement l’enjeu qui préoccupe le plus les électeurs cette année, en particulier parmi les démocrates, qui détiennent un léger avantage quant aux électeurs inscrits, a souligné M. Paulson.

«Pinellas a été plus durement touché par le virus que d’autres comtés d’autres États», a-t-il mentionné. Les démocrates restent concentrés sur cette question. Toute l’économie de la Floride est basée sur le tourisme, et ce n’est pas différent à Pinellas.»

Environ 23 000 personnes ont reçu un diagnostic positif de COVID-19 dans le comté, selon les statistiques de l’État, et il y a eu un peu moins de 800 décès, la majorité étant des personnes âgées.

Ces statistiques étaient fraîches dans l’esprit d’un trio d’amis plus âgés qui sont entrés récemment chez le superviseur du bureau des élections du comté pour déposer leurs bulletins de vote.

«Regardez le désordre dans lequel se trouve le pays, a déploré Lee Whipple, âgé de 73 ans. Nous avons le mauvais homme et le mauvais parti à la tête du pays.»

«C’est un menteur», a lancé Rose Curylo, à propos de Donald Trump.

«Un intimidateur», a ajouté Lorraine Rohm.

«Un coureur de jupons», a renchéri M. Whipple.

Tous les trois, qui disent craindre le virus, ont voté pour Joe Biden.

Une majorité silencieuse pour Trump?

Mais certains républicains de Pinellas croient que Donald Trump a fait un excellent travail avec la pandémie et qu’il obtiendra beaucoup d’appuis.

«Aux yeux des démocrates, il n’y avait rien qu’il aurait pu faire correctement», a soutenu Alexis Selby, une agente immobilière de 32 ans.

«S’il avait fermé tout le pays, ils lui auraient également reproché. Les États-Unis sont en meilleure posture aujourd’hui qu’ils ne l’étaient il y a quatre ans. Même avec cette folle pandémie, je pense que ce pays est en meilleure position.»

Mme Selby dit recevoir beaucoup d’appuis lorsqu’elle porte des vêtements de campagne de l’équipe Trump.

«Il y a une énorme majorité silencieuse qui va sortir de partout», a-t-elle prédit.

Des candidats pour des sièges à la Chambre des représentants de l’État avancent de leur côté que les électeurs pourraient voter pour des républicains et des démocrates sur leur ticket. 

«Les démocrates, ici, sont plus ouverts à montrer leur amour pour leur candidat. Les républicains cachent leur amour pour Trump de peur de recevoir une brique par la fenêtre», a observé Matt Tido, un candidat républicain à la Chambre des représentants de l’État.

«Je ne peux pas prédire dans quelle direction cela ira.»

M. Tido dit avoir vu beaucoup de nouveaux électeurs plus jeunes à Pinellas cette année, mais il ne sait pas comment cela pourrait influencer les élections.

Il y a une chose sur laquelle tout le monde peut s’entendre: il faut avoir l’œil sur Pinellas le soir des élections, car il s’agit d’une région baromètre pour le pays en entier.

Laisser un commentaire