Le conflit concernant la pêche au homard autochtone continue malgré quelques progrès

HALIFAX — Les agents fédéraux de conservation ont saisi plus de 7000 casiers à homard au cours des deux années qui ont suivi le déclenchement de la violence en Nouvelle-Écosse lorsqu’une première nation a tenté de faire valoir un droit issu de traités en pêchant hors saison.

Plus tôt ce mois-ci, le ministère des Pêches et des Océans a confirmé qu’il avait confisqué près de 2000 casiers cette année seulement, un chiffre qui montre que le différend entre Ottawa et certains pêcheurs autochtones n’a pas disparu, malgré les meilleurs efforts du ministère pour contenir les tensions.

«Les engins de pêche sont encore coupés par des non-autochtones et le ministère continue de saisir des casiers», a déclaré Hubert Nicholas, directeur des pêches de la première nation Membertou au Cap-Breton.

«Les non-autochtones nous ont permis de pêcher pendant quelques jours (en 2020) (…), mais chaque fois que quelqu’un mettait un piège dans l’eau, ils étaient coupés. Nous avons entendu parler de quelqu’un pointant une arme sur quelqu’un ici il y a à peine quelques mois.»

Tim Kerr, directeur de la conservation et de la protection du ministère des Pêches et des Océans dans les Maritimes, a déclaré que le ministère avait intensifié les patrouilles dans la région pour assurer la sécurité et le respect des règles. «Nous nous engageons à maintenir une pêche ordonnée», a-t-il déclaré lors d’une récente entrevue, ajoutant que les agents sensibilisent également les pêcheurs non autochtones aux droits issus des traités.

L’expression de ces droits par une communauté a attiré l’attention nationale en septembre 2020, lorsque la première nation Sipekne’katik a lancé une pêche au homard autoréglementée innovante. Les pêcheurs non autochtones du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse se sont plaints que le groupe de pêcheurs n’avait pas le droit de pratiquer parce que la saison était terminée dans la baie Sainte-Marie. 

Il y a eu des affrontements sur l’eau, des manifestations tapageuses et des émeutes dans deux viviers à homards, dont l’un a ensuite été détruit par un incendie délibérément allumé. Des accusations ont été portées. Et le chef de l’époque de la première nation Sipekne’katik, Mike Sack, a intenté une poursuite contre la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et certains pêcheurs.

Les scènes affreuses étaient une répétition de la violence qui a éclaté dans l’est du Nouveau-Brunswick en 1999 lorsque certaines premières nations ont commencé à pêcher sans permis immédiatement après que la Cour suprême du Canada a décidé qu’elles avaient un droit issu d’un traité de pêcher quand et où elles le voulaient.

La décision Marshall stipulait que les communautés mi’kmaq, malécite et passamaquoddy de l’est du Canada pouvaient chasser, pêcher et cueillir pour gagner un «gagne-pain modéré», bien que le tribunal ait donné une clarification deux mois plus tard, affirmant que le droit issu du traité était soumis à la réglementation fédérale. 

Cette décision supplémentaire demeure au cœur de l’argument avancé par les pêcheurs non autochtones, qui affirment que les Premières Nations doivent se conformer aux mesures de conservation d’Ottawa, qui comprennent la limitation de la pêche aux saisons réglementées.

«La ressource est assez grande pour nous soutenir tous si nous nous concentrons d’abord sur la conservation et non sur la politique», a fait valoir Colin Sproul, président de l’Alliance unifiée pour la conservation des pêches, qui compte 1900 membres, le plus grand groupe de défense des pêches des Maritimes.

«Nous croyons en une ressource, une pêcherie et un ensemble de plans de gestion.»

À la suite de la décision Marshall — du nom de l’activiste Mi’kmaq de la Nouvelle-Écosse Donald Marshall Jr. — le gouvernement fédéral a dépensé plus de 630 millions $ pour aider les communautés autochtones à participer à diverses pêches en leur achetant des bateaux et du matériel.

Pêche limitée aux saisons 

Le ministère des Pêches a également conclu un certain nombre d’accords de pêche à long terme avec certaines premières nations, a indiqué le directeur de la gestion des pêches autochtones dans les Maritimes, Mike Leonard. 

Et en mars 2021, Ottawa a introduit une «voie facultative» pour les Premières Nations qui espèrent poursuivre une pêche de subsistance modérée. Le ministère a commencé à approuver les plans provisoires rédigés par chaque communauté, mais le ministère a clairement indiqué que la pêche sera limitée aux saisons réglementées par le gouvernement fédéral.

«Cela se fait d’une manière qui répond aux plans et aux aspirations des communautés, a déclaré M. Leonard dans une récente entrevue. Nous avons tendu la main à toutes les Premières Nations de la région et leur avons offert la possibilité de discuter de plans de pêche de subsistance modérée et de parvenir à des ententes.»

Jusqu’à présent, le ministère a accordé des permis de moyens de subsistance modérés à huit premières nations – sept en Nouvelle-Écosse et une à l’Île-du-Prince-Édouard, bien que les communautés Sipekne’katik et Membertou n’en fassent pas partie.

Mike Sack, qui a perdu le mois dernier sa candidature à la réélection à la tête de Sipekne’katik, soutient depuis longtemps que la décision Marshall exempte spécifiquement les Premières Nations des restrictions saisonnières.

Toutes les Premières Nations de la Nouvelle-Écosse ayant conclu des ententes provisoires ont ignoré les demandes d’entrevue. L’organisation Kwilmu’kw Maw-klusuaqn, qui défend les intérêts des Mi’kmaq en Nouvelle-Écosse, est également restée muette.

Andrea Paul, cheffe de la première nation de Pictou Landing, a confirmé dans un courriel que sa communauté avait conclu une entente provisoire avec Ottawa et que tout «était paisible sur l’eau».

M. Sproul, constructeur de bateaux et pêcheur de homard de longue date, estime que les accords provisoires représentent un pas en avant.

«Il y a eu un large soutien parmi les pêcheurs non autochtones pour ces accords, a déclaré M. Sproul en entrevue. Il y a eu un calme général qui est revenu dans la pêche, ce qui, je pense, est lié à une réduction de la pêche illégale à certains endroits.»

Malgré les progrès réalisés au cours de la dernière année, certains critiques autochtones ont accusé le ministère d’avancer trop lentement dans la mise en œuvre de la décision Marshall. Mais le ministère assure qu’il ne traîne pas les pieds.

«Le ministère des Pêches et des Océans s’intéresse aux solutions à plus long terme, a souligné M. Leonard. Une approche intérimaire, d’année en année, est un progrès vers la satisfaction de ces besoins. Mais je pense que tout le monde reconnaît qu’il est préférable d’avoir quelque chose à plus long terme.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.