Le Conseil de l’ONU ne s’entend pas sur un accord à propos des responsables talibans

TANZANIA, Tanzanie — Le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) n’est pas parvenu à un accord sur l’opportunité de prolonger les exemptions de voyage pour 13 responsables talibans qui dirigent actuellement l’Afghanistan, de sorte qu’elles ont expiré vendredi à minuit.

Des diplomates de l’ONU ont déclaré que la Russie et la Chine voulaient autoriser les 13 responsables à continuer de voyager tandis que les États-Unis et les pays occidentaux étaient déterminés à réduire leur nombre pour protester contre le recul des droits des femmes par les talibans et l’échec à former un gouvernement inclusif comme il l’avait promis.

La Russie et la Chine ont demandé plus de temps vendredi soir pour examiner la dernière proposition américaine, ont indiqué des diplomates du Conseil de sécurité, s’exprimant sous couvert d’anonymat, car ces discussions sont privées.

Ainsi, l’interdiction de voyager sera rétablie pour les 13 responsables talibans jusqu’à lundi après-midi au plus tôt, date à laquelle la Russie et la Chine doivent maintenant répondre à la proposition américaine.

Des dizaines de membres talibans figurent sur la liste noire des sanctions de l’ONU depuis des années, sous réserve d’une interdiction de voyager, d’un gel des avoirs et d’un embargo sur les armes. Mais certains responsables talibans ont obtenu des dérogations afin qu’ils puissent voyager pour participer à des pourparlers visant à rétablir la paix et la stabilité en Afghanistan.

Depuis la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans le 15 août dernier, alors que les forces américaines et de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en étaient aux dernières étapes de leur retrait chaotique du pays après 20 ans, pas moins de 700 personnes ont été tuées et 1400 ont été blessées, même si la sécurité dans l’ensemble s’est améliorée, selon un rapport publié le mois dernier par la mission politique des Nations unies en Afghanistan. Ce rapport souligne que les femmes ont été privées d’un grand nombre de leurs droits fondamentaux, qu’elles n’ont pas accès à l’enseignement secondaire et que leurs déplacements sont soumis à des restrictions.

En juin, le comité du Conseil de sécurité surveillant les sanctions contre les talibans a interdit à deux responsables talibans de voyager en réponse à leur répression contre les femmes – Said Ahmad Shaidkhel, vice-ministre par intérim de l’éducation, et Abdul Baqi Basir Awal Shah, également connu sous le nom d’Abdul Baqi Haqqani, ministre de l’Enseignement supérieur par intérim.

À l’approche de l’expiration des exemptions de voyage pour les 13 responsables talibans restants, les États-Unis ont proposé jeudi de réimposer l’interdiction de voyage à sept d’entre eux et de maintenir l’exemption pour six autres, mais en limitant leurs déplacements au Qatar, où des pourparlers entre les États-Unis et les talibans ont eu lieu, selon des diplomates du Conseil.

La Russie et la Chine ont fait une proposition rivale selon laquelle les 13 responsables talibans bénéficieraient d’exemptions de voyage pendant 90 jours, mais uniquement pour se rendre en Russie, en Chine, au Qatar et dans les «pays de la région», ont fait savoir les diplomates.

La Russie et la Chine se sont opposées à la proposition américaine tandis que le Royaume-Uni, la France et l’Irlande se sont opposés à la proposition russo-chinoise, insistant sur le fait que l’exemption ne peut pas continuer pour les 13 responsables en raison du manque de progrès des talibans dans le respect de leurs engagements sur les femmes, la formation d’un gouvernement inclusif et autres questions.

Vendredi après-midi les États-Unis ont révisé leur proposition qui prévoit l’interdiction de voyager pour sept des responsables talibans et le maintien de l’exemption de voyage pour six autres pendant 90 jours, sans limites géographiques, selon les diplomates.

Il s’agit de la proposition que la Russie et la Chine envisagent actuellement.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.