Le conseil de ville d’Halifax vote pour le retrait de la statue de Cornwallis

HALIFAX — Le conseil de ville d’Halifax a voté pour le retrait immédiat d’une statue d’Edward Cornwallis d’un parc du centre-ville, mardi, plusieurs conseillers ayant jugé qu’elle représente un obstacle à la réconciliation.

Le conseil a voté à 12 contre quatre pour l’entreposage temporaire de la statue de bronze du controversé fondateur de la ville, jusqu’à ce qu’une décision finale soit prise sur son avenir.

Le conseiller Richard Zurawski fait partie de ceux qui souhaitaient le retrait immédiat de la statue, appelant à la fin de «500 années de promesses brisées» et du retrait «de ce symbole visuel de suprématie».

Les chefs micmacs de la Nouvelle-Écosse avaient demandé vendredi le retrait immédiat de la statue, parce qu’un comité formé en octobre pour décider de ce qu’il faut faire avec les hommages à Edward Cornwallis n’a tenu aucune rencontre jusqu’à maintenant.

Le maire Mike Savage a déclaré au conseil que «nous sommes tous un produit de notre histoire», mais que nous ne devons pas en être prisonniers.

Il a ajouté que le retrait de la statue ne signifie pas que l’on réécrit l’histoire, mais plutôt que l’on admet que l’histoire n’est pas «coulée dans le bronze».

Un héritage controversé

Pour certains, le fondateur d’Halifax est un dirigeant courageux qui a fondé cette ville avec ses soldats et des colons qui tentaient de survivre dans le Nouveau Monde.

D’autres le présentent comme le commandant d’une campagne d’extermination sanglante et barbare contre les Micmacs, comme en témoigne la Proclamation de la scalpation, survenue en 1749. Celle-ci encourageait les soldats et les colons à tuer les Micmacs en échange d’un montant d’argent.

«Le statu quo est complètement insoutenable. La statue est un obstacle à la réconciliation, a lancé le conseiller Sam Austin pendant le débat. M. Cornwallis sera toujours dans les livres d’histoire. Il est maintenant question de la façon de lui rendre hommage.»

Un rapport rédigé par les employés de la municipalité estime qu’il en coûterait environ 25 000 $ pour retirer et entreposer la statue d’Edward Cornwallis.

Le document, qui date du 27 janvier, souligne les tensions de plus en plus fortes au sujet de la statue, soulignant qu’une manifestation prévue dimanche pourrait donner lieu à des actes de vandalisme sur la statue, des affrontements entre manifestants et contre-manifestants et des blessures corporelles.

Un conseiller, Steve Adams, souhaitait de son côté garder la statue en place, mais y ajouter des statues d’Acadiens, de Micmacs et d’autres dans une «place des fondateurs», avec des panneaux explicatifs.