Le conseil municipal d’Oakville se penchera sur l’avenir du parcours Glen Abbey

TORONTO — Le terrain de golf de Glen Abbey, l’un des plus réputés au Canada, pourrait faire un pas de plus, lundi soir, vers une forme de protection contre une possible transformation en complexe résidentiel et commercial.

Lors de leur réunion, les membres du conseil municipal d’Oakville vont décider d’accorder ou non une désignation particulière au parcours en vertu de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario.

Conçu par le légendaire Jack Nicklaus et inauguré il y a 40 ans, le parcours de Glen Abbey a accueilli l’Omnium canadien — un tournoi de la PGA — en 29 occasions, plus que tout autre terrain au pays. C’est sur ce site que se trouvent les bureaux de Golf Canada et le Temple de la renommée du golf canadien.

Toutefois, ClubLink, l’entreprise propriétaire du terrain, a proposé un projet de développement qui permettrait d’ériger quelque 3200 unités résidentielles de même que des espaces de bureaux et des commerces de vente au détail.

Fraser Damoff, un porte-parole de la coalition «Sauvons Glen Abbey», un groupe qui veut empêcher sa transformation, a qualifié le terrain de «joyau» du golf canadien et d’élément de l’identité de la ville.

Le mouvement pour protéger la transformation du parcours a profité d’un appui de taille à la suite de la tenue de la plus récente édition de l’Omnium canadien en juillet lorsque le Vénézuélien Jhonattan Vegas, le vainqueur du tournoi, s’est exprimé en faveur du maintien de la vocation de Glen Abbey.

Le maire Rob Burton, qui ne sait toujours pas où ira son vote, a affirmé que l’Omnium canadien à Glen Abbey a permis d’afficher Oakville au monde entier.

«Il s’agit d’un symbole plutôt important pour Oakville dans la concurrence mondiale pour les investissements et les affaires», a-t-il noté, ajoutant que le tournoi génère des millions de dollars de dépenses de la part de visiteurs.

«Ça nous coûte une importante somme d’argent pour accueillir l’Omnium, mais nous croyons que le retour pour notre communauté est très bon.»

Le conseil municipal d’Oakville doit étudier la demande de ClubLink le 26 septembre.