Le contrôle du Sénat est aussi en jeu

WASHINGTON — Le contrôle du Sénat sera aussi décidé lors de l’élection de mardi soir, les républicains tentant de protéger leur majorité face aux candidats démocrates qui tentent de déloger les alliés du président Donald Trump à travers le pays.

Le leader de la majorité républicaine au Sénat, le sénateur Mitch McConnell du Kentucky, affronte la candidate démocrate, l’ancienne pilote de chasse Amy McGrath. Il a reconnu que des courses serrées pourraient voir le contrôle du Sénat passer aux démocrates.

En Caroline du Sud, le démocrate Jaime Harrison essaie de renverser le sénateur Lindsey Graham, qui compte parmi les principaux alliés du président. M. Harrison a récolté 100 millions $ US en financement, du jamais vu dans cet État.

En Caroline du Nord, le sénateur républicain Thom Tillis est menacé par le démocrate Cal Cunningham, même si celui-ci est embourbé dans un scandale de sextage.

Les deux sièges sénatoriaux de la Géorgie sont en jeu, et un second tour pourrait être nécessaire le 5 janvier si aucun candidat ne franchit la barre des 50 %.

Au Colorado, les deux partis ont essentiellement mis fin à leurs dépenses tant la défaite du sénateur républicain Cory Gardner face à l’ancien gouverneur démocrate John Hickenlooper semble inévitable.

L’Arizona pourrait être représenté par deux sénateurs républicains pour la première fois, si l’ancien astronaute Mark Kelly maintient son avance face à la sénatrice républicaine Martha McSally pour l’ancien siège de John McCain.

Au Montana, le sénateur républicain Steve Daines est défié par le gouverneur démocrate Steve Bullock, dans un État où M. Trump était populaire. Les démocrates ont toutefois ouvert une brèche avec la candidature de M. Bullock.

La sénatrice républicaine de l’Iowa Joni Ernst tente d’obtenir un deuxième mandat face à la démocrate Theresa Greenfield. Au Texas, un État anciennement solidement républicain, le sénateur républicain John Cornyn affronte un nouveau-venu, MJ Hegar.

Et en Alaska, un autre néophyte politique, le docteur Al Gross, a fracassé des records de financement grâce notamment à une campagne publicitaire virale contre le sénateur républicain Dan Sullivan.

Laisser un commentaire