Le coronavirus n’a pas empêché des participants à célébrer le Nouvel An lunaire

VANCOUVER — Les célébrations entourant le Nouvel An lunaire se sont amorcées dimanche matin dans le Chinatown de Vancouver, mais au moins un événement a été annulé dans le reste de la Colombie-Britannique en raison des craintes soulevées par le nouveau coronavirus chinois.

L’association chinoise de Langley, dans les Basses-Terre continentales de la Colombie-Britannique, a même annulé son gala.

L’annonce d’un premier cas présumé de coronavirus au Canada a soulevé de nombreuses craintes au cours des dernières heures dans diverses parties du pays.

Les autorités fédérales de la santé publique ont tenté de rassurer la population canadienne en disant que les risques de propagation demeuraient faibles.

À Vancouver les activités se sont déroulées comme prévu.

Jason Ng y a participé en compagnie de sa femme, son père et son fils âgé de trois ans afin de voir son autre fils, âgé de cinq ans, qui dansait dans le défilé.

«C’est quelque chose que l’on garde en tête sans causer une trop grande inquiétude», a-t-il dit au sujet du coronavirus.

Un autre spectateur du défilé, Ethan Donnelly, portait un masque.

«Je voulais participer à la fête, mais il vaut mieux prévenir que guérir», a-t-il lancé.

Lui-même disait connaître quelqu’un qui a préféré chez lui en raison des craintes soulevées par le virus.

Les plus populaires