Le COVID-19 pourrait obliger Québec à piger dans sa réserve de stabilisation

MONTRÉAL — Les importantes dépenses figurant dans le budget qui sera déposé mardi devraient aider l’économie du Québec à faire face aux impacts du coronavirus, estime le gouvernement Legault, qui n’écarte toutefois pas la possibilité de piger dans sa réserve de stabilisation si le portrait s’assombrit.

Alors que le virus provoque d’importantes perturbations à l’échelle mondiale, le premier ministre François Legault a estimé, lundi, à Montréal, que le gouvernement avait un rôle à jouer pour stimuler l’économie en période d’incertitude, tout en préservant l’équilibre budgétaire.

«On a prévu des dépenses importantes, des dépenses de fonctionnement dans les grands ministères, a-t-il dit au cours d’une mêlée de presse en marge d’une annonce. On a prévu aussi des dépenses d’infrastructures importantes.»

Le COVID-19, qui est apparu en Chine avant de se propager aux quatre coins de la planète, a bousculé les marchés boursiers, qui plongeaient, lundi, en raison des craintes liées aux effets de ce nouveau virus sur l’économie.

Interrogé quant aux probabilités de voir son gouvernement se tourner vers la réserve de stabilisation de 14 milliards $ si le contexte économique se détériore davantage, le premier ministre a affirmé que cela n’était «pas impossible».

«Si c’est nécessaire d’en faire plus, il y a une réserve importante qui est disponible», a dit M. Legault.

D’après les documents gouvernementaux, la réserve de stabilisation «n’est pas de l’argent en banque» puisqu’elle sert à réduire les emprunts. Toutefois, lorsque survient un ralentissement économique, le gouvernement peut se tourner vers celle-ci pour «équilibrer le budget sans que des gestes additionnels soient requis, comme une baisse des dépenses ou une hausse des revenus».

Lorsque le gouvernement a recours à la réserve de stabilisation, il faut emprunter la somme nécessaire pour ensuite la rembourser.

Mais même si le gouvernement Legault se dit prêt à faire face à des turbulences économiques, le budget a été rédigé il y a «une dizaine de jours», a révélé le ministre des Finances, Eric Girard, au cours d’un autre point de presse à Québec. Ainsi, on ne devrait pas y retrouver d’ajouts de dernière minute malgré les turbulences des derniers jours.

«C’est à dire que lorsque l’on préparait le budget, on voyait des nuages (à l’horizon), a-t-il dit. L’épidémie (de COVID-19) avait commencé et on en a pris acte. Mais est-ce qu’on a modifié, par exemple, le budget la semaine dernière en fonction de ce qui se passait? Pas du tout.»

Invité à dire si le budget de mardi serait équilibré, M. Girard a répondu qu’il ne voulait «pas révéler les chiffres», a joutant que les finances publiques étaient «saines» et qu’il «serait normal que le cadre financier soit à l’équilibre sur l’ensemble de la prévision».

À quelques jours d’une rencontre des premiers ministres, M. Legault a estimé qu’Ottawa pourrait également mettre l’épaule à la roue en accélérant son examen des grands projets d’infrastructures pour favoriser le déploiement de grands chantiers.

Selon lui, le programme fédéral est «difficile d’accès», comme en témoignent les «mois de négociations» afin d’obtenir un financement pour le projet de tramway à Québec.

«On a (des) projets à Montréal, à Longueuil, à Laval, à Gatineau, a dit M. Legault. On souhaiterait que le gouvernement fédéral soit plus rapide pour financer son 40 pour cent de ces projets-là, pour que les projets puissent commencer rapidement, pour qu’on puisse stimuler l’économie dans cette période d’incertitude.»

Du côté de l’opposition officielle, le porte-parole en matière de finances, Carlos Leitao, a plaidé pour la création d’un «véritable fonds d’urgence» de 1 milliard $ en prévision du ralentissement économique lié au COVID-19.

En point de presse, le député libéral a estimé qu’il fallait bonifier la provision pour éventualité de 100 millions $ qui se trouve dans le budget «depuis plusieurs années».

Interrogé à ce sujet, le ministre Girard s’est limité à dire qu’Il prenait «acte» des propositions, mais que le cadre financier avait été «fermé» il y maintenant plus de trois semaines.

Les plus populaires