Le cri du coeur de Fatima Houda-Pepin au premier ministre Couillard: «Agissez!»

QUÉBEC – La bête noire des libéraux, l’ex-députée Fatima Houda-Pepin, jette un nouveau pavé dans la mare.

Elle porte un jugement très sévère sur le gouvernement Couillard, accusé d’immobilisme sur toutes les questions identitaires.

Qu’il s’agisse de faciliter le vivre-ensemble entre immigrants et société d’accueil, de contribuer à réduire le taux de chômage des nouveaux arrivants, de lutter contre la radicalisation et l’intégrisme religieux, d’assurer la laïcité de l’État québécois ou de défendre la langue française, le gouvernement Couillard a échoué sur toute la ligne, selon celle qui fut vice-présidente de l’Assemblée nationale.

De confession musulmane, reconnue pour ses réflexions étoffées sur toutes ces questions reliées à l’identité et la lutte à l’intégrisme religieux, l’ex-députée libérale était invitée par La Presse canadienne à dire quelle réponse politique devait être donnée à la fusillade survenue dimanche dans une mosquée de Québec.

La tragédie a frappé de plein fouet la communauté musulmane, faisant six morts et une quinzaine de blessés.

«Arrêtez de dire aux communautés: le Parti libéral est le parti de l’ouverture, le parti de l’inclusion, mais dans le concret, qu’est-ce que vous faites?», a lancé Mme Houda-Pepin, en guise de message à ses anciens collègues.

Le problème, soutient l’ex-parlementaire d’origine marocaine, c’est que le gouvernement Couillard préfère la stratégie partisane «à courte vue», avec «des mesures à la petite semaine», plutôt que l’action politique, préférant se demander combien de votes lui rapportera telle ou telle décision.

Or, soutient-elle, le Parti libéral du Québec est au pouvoir depuis bientôt trois ans, il a donc les moyens de «bouger», d’agir, mais il ne le fait pas. «Sur bien des choses, il n’est pas là», comme absent, déplore celle qui juge que le gouvernement actuel «a renié» l’héritage du PLQ sur ces enjeux.

Par exemple, pour contrer le sentiment d’exclusion de la communauté musulmane, en bonne partie dû à un taux de chômage bien supérieur à celui observé dans la population générale, Mme Houda-Pepin suggère au gouvernement de profiter de son statut d’employeur et d’adopter un programme d’embauche des minorités, avec des cibles précises et un échéancier.

«Arrêtons de faire des discours tout à fait vides de sens!», clame la députée, qui exhorte le gouvernement à passer enfin à l’action pour mieux intégrer les immigrants.

Devenue consultante internationale et chroniqueuse dans les quotidiens de Québecor, Mme Houda-Pepin a été membre de l’équipe libérale pendant 20 ans, de 1994 à janvier 2014, avant d’être exclue du caucus libéral pour ses positions sur la laïcité de l’État et son opposition farouche au port de signes religieux par les employés de l’État ayant un pouvoir de contrainte (policiers, juges, gardiens de prison).

Depuis son élection en 2014, a-t-elle estimé, le gouvernement Couillard a totalement erré sur la question des discours haineux et de la laïcité de l’État, incapable de déposer des projets de loi «le moindrement crédibles».

À preuve, le projet de loi 59, qui a été retiré après avoir fait l’unanimité contre lui, visait à interdire le discours haineux, mais dans les faits, estime Mme Houda-Pepin, il brimait la liberté d’expression et bannissait toute critique des extrémistes religieux de tous ordres.

Une brèche dans un autre projet de loi, qui porte le numéro 62 et doit faire l’objet d’amendements, permettra en fait aux employées de l’État de porter «le tchador, la burqa et le niqab», faisant du coup «régresser les droits des femmes», peste la féministe en elle.

Ce projet de loi controversé stipule que les services de l’État doivent être donnés et reçus à visage découvert.

Dans une plus large mesure, elle reproche au gouvernement Couillard de n’avoir jamais voulu tenir de véritable débat «serein» sur la laïcité de l’État et la protection de l’identité québécoise, des questions pourtant bien «légitimes».

Sur la défense du français, le bilan du gouvernement Couillard est «honteux», selon elle.

Même si le gouvernement a présenté un plan de lutte à la radicalisation menant à la violence, Mme Houda-Pepin juge qu’il s’agit d’une expression «fourre-tout», qui ne fait «qu’enterrer le problème» de la nécessaire lutte à l’islamisme radical.

À la base, le problème réside dans la propension du gouvernement à privilégier la stratégie partisane à l’action politique et «il faut que ça s’arrête», clame l’ancienne parlementaire dans sa charge contre le gouvernement.

De ce fait, les élus renoncent à jouer leur rôle, préférant sous-traiter leurs responsabilités aux stratèges politiques et aux firmes de relations publiques, promptes à fabriquer des «discours ‘packagés’» au goût du jour, collés au résultat du dernier sondage.

Voilà «la recette gagnante pour les dérives», conclut l’ancienne députée qui se dit partisane d’une nouvelle façon de faire la politique. «Il faut revenir au sens noble de la politique, parler à l’intelligence des gens», dit-elle.

Les commentaires sont fermés.

Je trouve votre analyse juste et intelligente. Ça n’a pas de bon sens laisser mourir à petit feu des immigrants qualifiés, désireux de contribuer à la société québécoise qu’ils ont choisei pour y travailler et être heureux. À commencer par les médecins qui nous gouvernent; quel mépris des politiciens envers des gens qui aimeraient travailler. Le collège des médecins est une dictature d’état dans un état. Notre gouvernement protège la Corporation des médecins qui ont tous les pouvoirs sur leur profession. Incroyable! Inacceptable. Ça me révolte!On pourrait donner à des entrepreneurs des subventions à l’embauche des immigrants. Faire un véritable effort. Présentement, on les fait venir et on les laisse de côté.

Mme Houda-Pépin affirme que le PM n’agit pas.Il lui faudrait suivre l’actualité.Les lois 59 et 62 ont été rejetées,mais un travail a été fait.Le gouvernement a choisi de ne pas trop légiférer ni trop tôt. Le frein au rapport Bouchar-Taylor en est la preuve.On n’enterre pas un problème si on l’empêche de prendre des proportions hors de contrôle.
Les Québécois ont beaucoup appris sur l’islam depuis dix ans et sont maintenant davantage en mesure de débattre sur le sujet.Par exemple: le problème d’embauche des minorités est connu, mais faut-il forcer les employeurs réticents à agir ou est-il plus sain de les sensibiliser d’abord?
Si le PM privilégiait une stratégie partisane comme le prétend Mme Houda-Pépin, il ferait comme les partis d’opposition qui » soufflent sur les braises de l’intolérance « . Ce qui est bien plus populaire…que d’être accusé d’immobilisme…