Le CTC critique sévèrement la prestation en cas de confinement des libéraux

OTTAWA — La présidente du Congrès du travail du Canada estime que les libéraux fédéraux laissent tomber les travailleurs qui souffrent encore de la pandémie avec leur nouvelle prestation, qui bénéficierait selon elle à bien peu de gens au final.

Bea Bruske soutient que son syndicat aurait préféré voir le prolongement de la défunte Prestation canadienne de la relance économique (PCRE, l’ex-PCU), plutôt que la nouvelle prestation proposée par les libéraux, qui cible seulement les travailleurs canadiens touchés par un confinement dans leur région.

Mme Bruske rappelle qu’aucune province n’est actuellement en confinement et que certaines pourraient hésiter à en décréter une nouvelle à l’avenir.

Le projet de loi C-2, déposé mercredi à la Chambre des communes, créerait une prestation en cas de confinement de 300 $ par semaine, jusqu’en mai 2022, pour les travailleurs qui se retrouvent sans emploi en raison d’un confinement lié à la pandémie.

C’est la ministre de l’Emploi qui déciderait quelles régions sont considérées comme «en confinement», défini dans le projet de loi comme une ordonnance de fermeture des entreprises et de maintien à domicile des travailleurs pendant au moins 14 jours consécutifs.

Mme Bruske indique que les préoccupations concernant la prestation proposée par les libéraux sont parmi les principales questions qu’elle et d’autres dirigeants syndicaux devraient soulever la semaine prochaine lors de rencontres prévues avec les députés.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.