Le «défi 28 jours» n’a pas suffi: Québec prolonge les mesures sanitaires

MONTRÉAL — Le premier ministre François Legault a annoncé lundi que le «défi 28 jours» n’a pas suffi à freiner la pandémie et qu’il faut prolonger pendant quatre semaines supplémentaires les mesures sanitaires imposées il y a un mois en zone rouge. Également, le premier ministre confirme que les élèves de troisième secondaire iront à l’école une journée sur deux en zone rouge.

Les millions de Québécois habitant en zone rouge qui espéraient l’annonce d’un assouplissement devront donc prendre leur mal en patience: les mesures contraignantes sont là pour rester jusqu’à la fin novembre. Le gouvernement réévaluera toutefois la situation dans deux semaines.

«Si les indicateurs réduisent, on pourra revoir ces restrictions», a indiqué M. Legault, en précisant que le nombre d’hospitalisations, le nombre de cas et la quantité d’éclosions constituaient les principaux indicateurs.

La grande majorité des Québécois vivent en zone rouge, incluant les agglomérations de Montréal et Québec.

En conférence de presse, lundi en fin de journée à Montréal, il a justifié sa décision par le fait que le Québec, malgré un mois de mesures contraignantes, n’a pas réussi à aplatir la courbe de transmission du virus de la COVID-19.

En moyenne, le Québec rapporte environ 1000 nouveaux cas par jour et une dizaine de décès, un niveau jugé inacceptable par le gouvernement, qui veut à tout prix éviter d’engorger le système de santé.

«La situation est grave, on ne peut pas continuer à avoir dix décès par jour», a affirmé le premier ministre.

Si la situation est grave, elle n’est toutefois pas catastrophique, a souligné François Legault, en comparant le bilan du Québec à celui de la France.

«Les efforts d’octobre ont mené à des résultats. C’est déjà une grande victoire de se maintenir pendant trois semaines à 1000 cas quotidiens. En France, hier, il y avait 52 000 nouveaux cas. C’est comme si le Québec avait eu 6700 nouveaux cas si on compare des pommes avec des pommes», a illustré le premier ministre.

«C’est le temps pour le peuple québécois de se serrer les coudes plus que jamais, notre destinée est liée, on est lié plus que jamais dans l’histoire du Québec, et moi j’ai confiance au peuple québécois», a fait valoir M. Legault, en remerciant les citoyens pour leurs efforts.

Il y a un mois, dans l’espoir de réduire au minimum le nombre de contacts interpersonnels, principale source de contagion, le gouvernement décidait de fermer plusieurs lieux de rassemblement, notamment les gyms, restaurants, bars, théâtres et salles de cinéma. On interdisait aussi la pratique des sports d’équipe, de même que les rassemblements privés, en famille ou entre amis.

Le premier ministre Legault était accompagné lundi, du ministre de la Santé, Christian Dubé, et du directeur national de la Santé publique, le docteur Horacio Arruda.

L’école un jour sur deux

En zone rouge, comme les élèves de secondaire quatre et cinq, les élèves de troisième secondaire iront à l’école une journée sur deux à partir de lundi prochain.

Le premier ministre a justifié cette décision en expliquant «qu’il y a plus de nouveaux cas chez les élèves plus âgés du secondaire et que c’était les élèves les plus vieux qui transmettent le plus le virus». Le premier ministre a également formulé l’hypothèse que les adolescents entre 14 et 17 ans respectaient peut-être moins les consignes sanitaires que les élèves plus jeunes.

«On peut penser qu’à cet âge-là, parce qu’on a été jeune également, on respecte un peu moins les consignes» a avancé M. Legault.

Selon les données du gouvernement, il y avait en date de jeudi dernier 881 classes de primaire et de secondaire fermées, sur un total d’environ 45 000 classes dans la province.

Les entreprises délinquantes punies

Jeudi matin, les dirigeants de quelque 200 gymnases, centres de yoga, de danse et d’arts martiaux ont demandé à François Legault de lever le confinement des salles de sports au Québec. Leur coalition a lancé un ultimatum en annonçant une réouverture de leurs établissements jeudi prochain.

Interrogé sur l’appel des dirigeants de gymnases, M. Legault s’est montré ferme. «La loi doit être respectée, alors on va s’assurer avec les policiers que la loi soit respectée et les gyms ne peuvent pas être ouverts. Il y aura des amendes, effectivement.»

Le premier ministre a également mentionné que la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) allait effectuer «un blitz d’inspections» dans les entreprises. Selon le premier ministre, la moitié des éclosions de COVID-19 ont lieu dans les entreprises.

François Legault a une fois de plus demandé aux employeurs de privilégier le télétravail. «On doit s’en tenir à aller au travail et à l’école et même lors de ces activités, il faut être plus prudent.»

Amélioration dans les CHSLD

Selon François Legault, «la situation est sous contrôle» dans les CHSLD. «Si on compare avec le printemps, il y a 85% moins de cas», a mentionné le premier ministre.

Par ailleurs, la santé publique maintient qu’il est possible de passer l’Halloween en zone rouge.

«On pense qu’actuellement, même en zone rouge, si les gens respectent les consignes, si les parents s’occupent de leurs enfants et évitent les rassemblements, et que les gens qui donnent et reçoivent les bonbons respectent les consignes, je pense qu’il n’y a pas de menaces à la santé significatives», a affirmé le directeur national de santé publique du Québec, le docteur Horacio Arruda.

De dimanche à lundi, on a compté 808 nouveaux cas d’infection à la COVID-19 et 10 nouveaux décès dans la province.

Le Québec a franchi au cours du week-end le seuil symbolique de 100 000 cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie, ce qui en fait, et de loin, la province la plus durement touchée au Canada.

Le nombre total de personnes infectées s’élève donc maintenant à 100 922 depuis le début de la pandémie, et on compte 6153 décès survenus au Québec.

Laisser un commentaire