Le déficit de TNL sera plus important que prévu, notamment à cause du pétrole

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Le gouvernement libéral de Terre-Neuve-et-Labrador prévoit un déficit budgétaire de 852 millions $ cette année, en hausse de 74 millions $ par rapport à la prévision de son plus récent budget, en avril.

Dans sa mise à jour relative à la situation financière, le ministre des Finances, Tom Osborne, a expliqué mardi que cet écart est principalement attribuable à une baisse de 147 millions $ des redevances pétrolières depuis le budget d’avril, à cause des bas prix sur les marchés et de la hausse des taux de change.

Le ministre Osborne se dit tout de même optimiste parce que les recettes gouvernementales seront presque aussi importantes que prévu et que les cibles de réductions de dépenses sont atteintes. Il reconnaît toutefois qu’un tel niveau de déficit est insoutenable, et que le gouvernement devra retourner chaque pierre afin d’examiner ses dépenses.

La province misait sur un prix du pétrole brut Brent de 56 $ US le baril, mais il a plutôt gravité autour de 52 $ depuis avril. Les recettes provenant de l’impôt des particuliers ont aussi diminué, alors que le taux de chômage a légèrement progressé pour franchir la barre des 15 pour cent.

M. Osborne a indiqué que les ministères avaient réduit leurs dépenses de 22 millions $ — quoique les agences, régies et autres commissions ont augmenté leurs dépenses de 18 millions $, notamment à cause des régimes de retraite. Or, 60 pour cent du budget de la province est consacré à ces agences, régies et commissions, comme la société d’État Nalcor Energy ou les régies de la santé. Le ministre Osborne souhaite déposer un projet de loi pour forcer ces organismes à réduire leurs coûts — notamment Nalcor, a-t-il prévenu mardi.

La dette nette de la province atteint maintenant un record historique de près de 14,7 milliards $, mais en baisse comparativement aux prévisions d’avril — 15,2 milliards $. Cet écart est surtout attribuable au report de grands projets d’infrastructure. Terre-Neuve-et-Labrador avait affiché l’an dernier un déficit de 1,1 milliard $, soit le plus important au pays par rapport au PIB de la province.

Les libéraux de Dwight Ball avaient été élus il y a deux ans — en plein effondrement des prix du pétrole — après 12 ans de régime progressiste-conservateur à Terre-Neuve-et-Labrador.