Le député Mark Warawa a offert un discours d’adieu émotif à la Chambre

OTTAWA — Le député conservateur Mark Warawa a profité de son discours d’adieu à la Chambre des communes, mardi, pour réclamer des mesures afin d’améliorer l’accès des Canadiens aux soins palliatifs.

M. Warawa, qui mène lui-même son combat contre un cancer du pancréas, a aussi encouragé les parlementaires à «s’aimer les uns les autres, et à s’encourager entre eux, parce que Dieu nous aime».

Les députés de tous les partis ont eu du mal à retenir leurs larmes en rendant hommage au député de la Colombie-Britannique, qui a été élu pour la première fois en 2004.

M. Warawa a reçu son diagnostic de cancer après avoir publiquement annoncé sa retraite en janvier. En avril, il avait révélé que ses médecins avaient trouvé des cellules cancéreuses dans ses poumons, son colon et ses ganglions lymphatiques.

L’enjeu des soins palliatifs est devenu très concret pour lui, lors d’un récent séjour à l’hôpital, alors qu’il a expérimenté «ce que c’était, de faire face à la fin de la vie».

Entre 70 et 84 pour cent des Canadiens n’ont pas accès aux soins palliatifs, a-t-il déploré.

«Nous essayons de réparer le corps, mais dans certains cas, il vaut mieux ne pas faire d’héroïsme», a-t-il déclaré.

«La science nous a démontré qu’on peut vivre plus longtemps et avoir une meilleure qualité de vie, dans certains cas, si vous recevez des soins palliatifs. Mais cela ne m’a pas été fourni. Pourquoi? Le système est brisé et doit être réparé.»

M. Warawa, qui a célébré son 69e anniversaire mardi, espère que la prochaine législature du Parlement s’engagera à prendre des mesures pour améliorer cet accès.

Des projets de retraite

Ce député très religieux a pris sa retraite de la politique dans l’objectif de devenir aumônier.

«J’étais en train d’étudier et de lire, et voilà que je suis tombé malade», a-t-il raconté.

Le député souhaite assumer ses fonctions de député jusqu’au prochain scrutin d’octobre, mais il ne devrait travailler que de son bureau de la circonscription de Langley-Aldergrove, en Colombie-Britannique.

«Je suis peut-être dans le coin pour longtemps ou peu de temps. Nous ne le savons pas», a indiqué M. Warawa, un père de cinq enfants et grand-père de dix petits-enfants.

Hommage des collègues

Les députés à la Chambre des communes se sont levés et ont applaudi leur collègue.

«Nous prions pour votre guérison, Mark», a déclaré Ed Fast, un député conservateur. «Et Mark, je pense que je parle au nom de nous tous en cette Chambre quand je dis que vous nous manquerez énormément, vous laissez un héritage incroyable. Et cet héritage inclut la gentillesse.»

Le président de la Chambre, Geoff Regan, un libéral, a pour sa part déclaré: «Vous quittez ici, monsieur, avec notre amour et notre admiration.»

Le député néo-démocrate Nathan Cullen a également adressé un message à M.Warawa: «J’espère que vous comprendrez que la brièveté de mes paroles ici contraste directement avec la profondeur et l’étendue de mon admiration et de mon amour pour vous. Merci, Mark.»

Les plus populaires