Le directeur du marathon de Montréal démissionne après les événements du week-end

MONTRÉAL — Le directeur de course du Marathon international de Montréal a remis sa démission, mercredi, après la mort d’un coureur et les problèmes logistiques qui ont retardé le départ de la course dimanche.

Dans sa lettre de démission, Dominique Piché affirme que «les événements malheureux du week-end dernier» l’ont poussé à «prendre cette décision difficile».

Un coureur de 24 ans, Patrick Neely, est mort lors de l’épreuve du demi-marathon, un parcours de 21,1 kilomètres.

L’incident a soulevé des questions sur le délai d’intervention pour lui porter secours. Certains témoins du drame ont affirmé que le délai avait été long avant l’arrivée des ambulanciers, certains évoquant quelque 25 minutes. Urgences Santé affirme pour sa part qu’il s’est écoulé sept minutes entre l’appel au 9-1-1 et l’arrivée des ambulanciers paramédicaux auprès de M. Neely.

Le bureau du coroner a ouvert une enquête pour faire la lumière sur les circonstances de l’événement.

Le marathon montréalais a aussi connu de sérieux problèmes logistiques qui ont retardé le départ de 50 minutes.

Les organisateurs ont expliqué dans un message sur Facebook que «la sécurité du parcours n’était pas assurée à l’heure prévue du départ».

Ce sont finalement les policiers du SPVM qui sont venus à la rescousse pour pallier ce manque de ressources de l’organisation du marathon.

Dans un communiqué publié lundi après-midi, les responsables du marathon avaient affirmé que le départ différé n’avait aucun lien avec la mort du coureur. Les promoteurs insistaient alors sur le fait que la coordination du soutien médical était bien préparée à réagir et que huit ambulances étaient dédiées à l’événement.

Dominique Piché précise dans sa lettre qu’il démissionne de toutes ses fonctions au Marathon international de Montréal et aux événements Ironman de Mont-Tremblant. Sa démission entre en vigueur immédiatement.

Les plus populaires