Le dirigeant d’une firme canadienne est arrêté à Seattle pour complot

TORONTO — Les autorités américaines ont arrêté le dirigeant d’une entreprise canadienne de sécurité et de protection de la vie privée soupçonnée d’avoir comploté pour fournir à des trafiquants de drogue des téléphones intelligents BlackBerry qui avaient été modifiés pour échapper à la surveillance de la justice.

Le dirigeant de Phantom Secure, Vincent Ramos, de Richmond, en Colombie-Britannique, a été arrêté la semaine dernière à Seattle, dans l’État de Washington. Il fait face à des accusations criminelles déposées en cour de district à San Diego, en Californie. Ces documents sont actuellement scellés.

Le département américain de la Justice a dévoilé les accusations jeudi à la suite d’une longue enquête menée sur plusieurs années et qui a impliqué des agences américaines, australiennes et canadiennes, dont la Gendarmerie royale du Canada.

Quatre autres suspects de différents pays sont par ailleurs recherchés dans cette affaire.

Les autorités soutiennent que la firme Phantom Secure se targuait d’offrir des produits résistants au déchiffrement, et promettait même que des preuves contenues dans un appareil pourraient être au besoin détruites à distance.

La Presse canadienne n’a pu joindre M. Ramos ou son avocat pour obtenir leurs commentaires.