Le Dr Arruda appuyé par un conseiller en communications à 20 000 $ par mois

QUÉBEC — Les scientifiques comme le Dr Horacio Arruda ne devraient pas être «formatés» par le gouvernement, estime le chef du Parti québécois (PQ).

Paul St-Pierre Plamondon réagissait mercredi à l’embauche par Québec d’un nouveau conseiller en communications pour le directeur national de santé publique.

Le contrat d’Éric Gamache, un ancien directeur de cabinet sous le gouvernement Marois, s’étendra sur trois mois, pour une valeur maximale de 61 000 $.

M. Gamache, qui est actuellement vice-président de l’agence TACT Conseil, a décliné la demande d’entrevue de La Presse Canadienne mercredi.

Ce n’est pas la première fois que le Dr Arruda est conseillé par un professionnel des communications; au printemps dernier, il était épaulé par une autre ex-stratège péquiste, France Amyot.

«Ce qu’on propose, c’est qu’il y ait davantage de scientifiques qui parlent librement», a réagi M. St-Pierre Plamondon en point de presse. 

«On ne veut pas formater les scientifiques pour qu’ils parlent correctement dans le sens de ce que veut le gouvernement. Au contraire, on veut libérer la parole scientifique.»

Horacio Arruda est connu pour ses longues réponses parfois confuses.

En mai dernier, il avait suscité la controverse en dansant dans une vidéo de rap tandis que les décès s’accumulaient dans les CHSLD. Il s’en était ensuite excusé avec émotion.

Le Dr Arruda a plus tard accepté de participer à une conférence avec des gens d’affaires où l’entrée était payante. Il a dû annuler sa participation face à la controverse.

Encore jeudi dernier, le directeur national de santé publique a été piégé par un animateur de la radio Énergie qui se faisait passer pour le réalisateur Xavier Dolan. 

Lors de l’appel, qui a duré une quinzaine de minutes, Horacio Arruda a accepté de jouer un superhéros dans un prochain film de Dolan.

Le ministère de la Santé affirme dans un courriel que l’embauche d’un nouveau conseiller en communications pour le Dr Arruda «n’est aucunement en lien avec le canular Xavier Dolan». 

«Puisque le Dr Arruda est le visage de la santé publique pendant la crise, un accompagnement stratégique en communication est jugé nécessaire», écrit la relationniste Marie-Hélène Émond.

«Le mandat de M. Gamache consiste à appuyer Dr Arruda dans la livraison adéquate des messages de santé publique. Cela inclut des « dry-run » avant les apparitions publiques, le débriefing après les interventions médiatiques et les conseils stratégiques sur demande.»

En mêlée de presse mercredi, la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, a salué l’arrivée d’Éric Gamache. «La communication, (…) c’est le nerf de la guerre», a-t-elle résumé en anglais.

Elle a soutenu que le gouvernement se devait de «communiquer massivement et clairement, pour que les Québécois puissent bien comprendre la situation et se conformer aux règles». 

«Je pense que c’est tout à fait normal d’embaucher des gens pour aider dans les communications», a renchéri Mme Guilbault.

Laisser un commentaire