Le drame de Joyce Echaquan: le tiers des Canadiens y voit la preuve du racisme systémique

OTTAWA — Quoi qu’en pensent Justin Trudeau et François Legault, les Québécois ne seraient pas plus divisés que les autres Canadiens sur la question du racisme systémique, à en croire un sondage publié cette semaine.

La firme Léger et l’Association d’études canadiennes ont exploré le sujet en évaluant la lecture que font les Canadiens de l’événement dramatique survenu à l’Hôpital de Joliette en septembre.

Le sondage a demandé si la façon dont a été traitée Joyce Echaquan avant sa mort par des employées de l’hôpital est un «incident isolé», «un reflet des préjugés répandus à l’égard des peuples autochtones au Canada» ou «une confirmation du problème du racisme systémique au Canada».

Or, ils sont aussi nombreux au Québec (32 %) qu’ailleurs au pays (34 %) à voir dans ce drame la confirmation du racisme systémique.

Ils sont aussi peu nombreux au Québec (12 %) qu’ailleurs (15 %) à y constater «un incident isolé».

Là où il y a un écart entre les Québécois et les autres Canadiens, c’est dans le choix de la deuxième option. Ils sont 43 % au Québec à percevoir dans l’épisode de l’Hôpital de Joliette une preuve que les préjugés contre les peuples autochtones sont répandus au Canada. Ils ne sont que 29 % à le voir ainsi en dehors du Québec.

«On voit dans le sondage qu’il n’y a pas de division. Je pense que les Québécois et les autres Canadiens constatent qu’il y a un problème qui est plus qu’un incident isolé, qui mérite d’être regardé plus en profondeur. Quelle que soit l’appellation qu’on donne à la situation, il y a un besoin criant de regarder plus en profondeur», note Jack Jedwab, président de l’Association d’études canadiennes.

Encore mardi, le premier ministre Trudeau invitait «toute personne en position d’autorité» à reconnaître «la réalité du racisme systémique».

Y entendant une critique de sa position, le premier ministre Legault a déclaré que les Québécois, eux, sont divisés sur cette question et que ce serait donc une «erreur» que de «se mettre à dos une bonne partie des Québécois qui pensent qu’il n’y a pas de système de racisme au Québec».

Le sondage a également mesuré la perception des personnes sondées, selon leur appartenance politique.

Les électeurs bloquistes sont les plus nombreux à y lire la preuve des préjugés contre les Autochtones. Ils sont 55 % à avoir répondu ainsi au sondage.

Les électeurs néo-démocrates sont les plus nombreux à voir là du racisme systémique: 47 % d’entre eux l’ont vu ainsi.

Les électeurs conservateurs sont les plus nombreux à considérer que cette affaire est un incident isolé: 29 % d’entre eux ont choisi cette option.

«Ça reflète une vue d’un conservateur avec un c minuscule, non pas un C majuscule», de l’avis de M. Jedwab. «Ça reflète plus que la partisanerie, c’est une idéologie conservatrice», estime-t-il. 

Joyce Echaquan, une femme de la communauté atikamekw de Manawan, est décédée à l’Hôpital de Joliette le 28 septembre. Elle avait 37 ans.

Ce sondage, effectué en ligne, ne permet pas le calcul d’une marge d’erreur, l’échantillon n’étant pas probabiliste. Ils ont été 1539 Canadiens, dont 415 Québécois, à répondre au sondage, du 9 au 11 octobre.

Laisser un commentaire
Les plus populaires