Le fédéral et la Colombie-Britannique enquêtent sur Facebook et AggregateIQ

OTTAWA — Les commissaires à la vie privée du fédéral et de la Colombie-Britannique unissent leurs forces pour enquêter sur Facebook et le consultant canadien en politique AggregateIQ — deux entreprises au coeur d’une tempête internationale sur l’usage non autorisé de renseignements privés sur les réseaux sociaux.

La controverse concerne des allégations d’un usage inapproprié de renseignements privés sur Facebook pour aider des campagnes politiques majeures, incluant celle de Donald Trump pour la présidentielle américaine en 2016.

Le commissaire à la protection de la vie privée du Canada, Daniel Therrien, a lancé une enquête le mois dernier pour se pencher sur les allégations d’un accès non autorisé à des informations privées sur Facebook.

Il élargit désormais son enquête en se joignant à celle du commissaire en Colombie-Britannique sur la firme établie à Victoria AggregateIQ, ayant été lancée à la fin de l’année dernière pour déterminer si l’entreprise avait violé des lois sur la protection de la vie privée.

Facebook estime que 622 161 des usagers du site de réseautage au Canada ont vu leurs renseignements privés être partagés de manière inappropriée avec un autre consultant en politique, Cambridge Analytica, qui est lié à AggregateIQ. 

Des commissaires à la vie privée en Colombie-Britannique et au Royaume-Uni avaient précédemment ouvert des enquêtes sur AggregateIQ concernant son rôle allégué dans la campagne du Brexit en 2016, ayant mené à un vote pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.