Le fédéral promet 1,7 G $ pour les services de garde des enfants autochtones

OTTAWA — Trois organisations autochtones nationales vont recevoir la somme totale de 1,7 milliard $ du fédéral, au cours de la prochaine décennie, pour renforcer les services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants autochtones, en vertu d’un accord annoncé lundi.

L’Assemblée des Premières Nations, l’Inuit Tapiriit Kanatami, le Ralliement national des Métis et le gouvernement du Canada ont rendu public, lundi, le Cadre d’apprentissage et de garde des jeunes enfants autochtones.

Le financement étalé sur 10 ans provient d’un engagement du budget 2016 du gouvernement libéral, qui s’était engagé à investir 7,5 milliards $ pour appuyer et créer des services de garde de meilleure qualité et plus abordables à l’échelle du pays. Le reste du fonds sera alloué aux provinces et aux territoires.

Selon le communiqué de presse annonçant l’entente, le «Québec n’a pas adhéré à ce cadre, car il entend conserver la responsabilité exclusive dans ce domaine sur son territoire. Il s’attend toutefois à recevoir sa part des fonds fédéraux» et s’engage à continuer d’investir dans les services aux enfants.

Le financement passera lentement d’environ 500 millions $ par année à 870 millions $ d’ici 2026 pour financer des places en garderie dans les provinces et territoires, ainsi que des garderies autochtones dans les réserves et hors réserve.

Les libéraux promettent que les fonds destinés aux services de garde pour enfants autochtones seront versés aux communautés dès le présent exercice fiscal, qui se termine en mars 2019.

Le budget fédéral 2017 prévoyait un montant non dévoilé pour les garderies autochtones, mais seulement après l’élaboration du cadre qui précise les critères sur la manière d’utiliser l’argent.

Les travaux de rédaction du document ont pris la majeure partie de l’année dernière et se sont appuyés sur des consultations menées à travers le pays auprès de regroupements autochtones.

L’un des grands principes que devra respecter tout projet de garderie dans les communautés autochtones est de veiller à ce que les services reposent sur une identité culturelle forte.

Les communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis conviennent également que les services de garde doivent être «accessibles, flexibles et véritablement inclusifs pour l’ensemble des enfants, quel que soit l’endroit où ils vivent», peut-on lire dans le communiqué publié lundi.

Le gouvernement affirme que le «Cadre d’apprentissage et de garde des jeunes enfants autochtones appuie les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation et s’y conforme».

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie