Le Festival Zéro Déchet prend encore de l’ampleur

MONTRÉAL — Après avoir été victime de son succès l’an dernier, le Festival Zéro Déchet gagne encore de l’ampleur et s’étire cette fois sur trois jours, au Marché Bonsecours, à Montréal.

Pour éviter que ne se reproduisent les longues files d’attente qui avaient fait bien des mécontents par temps pluvieux l’an dernier, les organisateurs avaient choisi d’ajouter la journée de vendredi à leur programmation.

Il faut dire que l’achalandage de l’événement est exponentiel depuis sa création en 2017. Une de ses cofondatrices, Laure Mabileau, se rappelle que l’équipe songeait d’abord à tenir le festival dans un sous-sol d’église, mais qu’il a finalement attiré pas moins 7000 visiteurs.

Puis, sa deuxième mouture a réuni quelque 11 000 adeptes du «zéro déchet», qui consiste à revoir ses habitudes de consommation de sorte à envoyer un strict minimum de rebuts au dépotoir.

Bien qu’il s’agisse avant tout une démarche individuelle, Mme Maribeau explique que le festival est né d’une volonté de créer une communauté autour de ce mode de vie. Pour faire face à la crise climatique, «ça prend de tout», fait-elle valoir.

Cette année, l’organisation croit avoir réussi à interpeller un public plus élargi: pour preuve, une tasse jetable trouvée sur le site de l’événement!

«Il y a 5, 7, 8 ans, quand on faisait du zéro déchet, on se sentait un petit peut tout seul dans son »trip ». Aujourd’hui, on sait vraiment qu’il y a du monde autour», se réjouit Laure Maribeau.

Les plus populaires