Le frère de Gord Downie se dit «inspiré» par l’appui du public

TORONTO — L’effusion de témoignages du public depuis le décès de Gord Downie a été «incroyable», a estimé un des frères du chanteur du groupe The Tragically Hip.

«Cela aide avec la tristesse, parce que c’est si inspirant», a affirmé Mike Downie, les larmes aux yeux, lors d’un entretien réalisé vendredi à Toronto.

«Mais en fait, cela rend aussi un peu plus triste parce que ça fait réaliser que beaucoup de personnes ont vraiment de la peine.»

Gord Downie est décédé mardi soir, à l’âge de 53 ans. Il avait révélé en mai 2016 être atteint d’un glioblastome, une tumeur invasive au cerveau qui compte parmi les cancers les plus difficiles à traiter et les plus mortels.

Des veillées ont été organisées, mercredi, dans la ville natale du chanteur de Kingston, en Ontario, ainsi qu’à Bobcaygeon, une communauté ontarienne immortalisée dans un des plus grands succès du Hip.

Un rassemblement familial privé avait lieu vendredi, et Mike Downie a indiqué que la famille envisageait aussi d’organiser éventuellement une commémoration publique.

«Nous allons faire quelque chose dans les jours à venir, j’imagine», a-t-il dit. «Ce sera quelque chose que Gord aurait aimé et apprécié, alors nous allons devoir trouver ce que cela pourrait être.»

Gord et Mike Downie ont travaillé ensemble sur le projet «Secret Path». Cette oeuvre, composée d’un album, d’un roman graphique et d’un dessin animé, porte sur Chanie Wenjack, un garçon ojibwé de 12 ans qui est mort après s’être échappé d’un internat en 1966.

Le Fonds Gord Downie et Chanie Wenjack a aussi été mis sur pied, dans l’espoir qu’il puisse servir de catalyseur dans le mouvement vers la réconciliation avec les peuples autochtones.

«Nous voulons que le fonds inspire les gens pour qu’ils puissent trouver leur propre façon de s’impliquer et de faire une différence», a expliqué M. Downie. L’objectif est de sensibiliser les gens aux à la vie des communautés autochtones d’ici et ainsi de les convaincre de passer à l’action. «C’est une grosse étape, mais je crois que c’est la partie la plus importante.»