Le gouvernement australien parvient à un accord avec Facebook

CANBERRA, Australie — Le gouvernement australien a annoncé mardi que Facebook avait accepté de lever son interdiction de partager des informations aux Australiens après la conclusion d’un accord concernant la législation qui obligerait les géants du numérique à payer pour les publications journalistiques.

Facebook a empêché les utilisateurs australiens d’accéder à l’information et de partager des nouvelles la semaine dernière après que la Chambre des représentants eut adopté le projet de loi mercredi soir.

La coopération de Facebook est une victoire majeure dans les efforts de l’Australie pour faire en sorte que deux grandes portes d’accès à internet, Google et Facebook, paient pour le contenu journalistique qu’elles utilisent — une confrontation que les gouvernements et les entreprises technologiques du monde entier ont surveillée de près. Google avait également menacé de supprimer ses fonctions de recherche d’Australie en raison de la loi proposée, mais cette menace s’est estompée.

«Il ne fait aucun doute que l’Australie a été une bataille par procuration pour le monde», a déclaré le ministre des Finances, Josh Frydenberg.

«Facebook et Google n’ont pas caché le fait qu’ils savent que les yeux du monde sont tournés vers l’Australie, et c’est pourquoi ils ont cherché à obtenir un code ici qui soit réalisable», a-t-il ajouté, faisant référence au projet de loi, le «News Media Bargaining Code».

En fait, cette semaine, Microsoft et quatre groupes d’édition européens ont annoncé qu’ils travailleraient ensemble pour promouvoir des règles de style australien pour les paiements aux médias d’information de la part de plateformes technologiques.

La législation a été conçue pour restreindre un pouvoir de négociation démesuré de Facebook et de Google dans leurs relations avec les fournisseurs de nouvelles australiens. Les géants du numérique ne pourraient pas abuser de leurs positions en faisant des offres de paiement à prendre ou à laisser aux entreprises de presse pour leur contenu. Au lieu de cela, en cas d’impasse, un groupe spécial d’arbitrage rendrait une décision exécutoire sur une offre.

M. Frydenberg et Facebook ont confirmé que les deux parties avaient accepté des amendements à la législation proposée. Les changements donneraient aux plateformes numériques un préavis d’un mois avant qu’elles ne soient officiellement désignées sous le code. Cela donnerait aux personnes impliquées plus de temps pour négocier des accords avant d’être obligées de conclure des accords d’arbitrage exécutoires.

Un communiqué publié mardi par Campbell Brown, vice-président de Facebook pour les partenariats de presse, a ajouté que l’accord permet à l’entreprise de choisir les diffuseurs qu’elle soutiendra, y compris les petits joueurs et les médias locaux.

«Nous restaurons les actualités sur Facebook en Australie dans les prochains jours. À l’avenir, le gouvernement a précisé que nous conserverons la possibilité de décider si les nouvelles apparaissent sur Facebook afin que nous ne soyons pas automatiquement soumis à une négociation forcée», a déclaré M. Brown.

M. Frydenberg a décrit les modifications convenues comme des «clarifications» de l’intention du gouvernement. Il a affirmé que ses négociations avec le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, avaient été «difficiles».

Par Rod McGuirk – The Associated Press

Laisser un commentaire