Le gouvernement conservateur de Blaine Higgs au N.-B. présente ses priorités

FREDERICTON — Le gouvernement progressiste-conservateur minoritaire du Nouveau-Brunswick dresse un sombre portrait de la situation économique de la province, dans un discours du Trône qui établit ses priorités pour les mois à venir.

«À l’heure actuelle, le Nouveau-Brunswick est l’une des provinces canadiennes les plus endettées et dont la population est la moins alphabétisée et vieillit le plus rapidement», a lu la lieutenante-gouverneure Brenda Murphy à l’Assemblée législative, mardi. «Environ 25 pour cent de nos enfants vivent dans la pauvreté, et près de 34 pour cent des ménages du Nouveau-Brunswick ont un revenu si faible qu’ils ne peuvent pas payer d’impôts.»

L’opposition libérale estime aussi que l’économie de la province va mal, en raison de la perte d’un certain nombre d’employeurs importants — y compris la fermeture imminente de la fonderie de plomb de Belledune, annoncée la semaine dernière. Les libéraux réclament un plan de redressement pour renverser cette situation.

Le gouvernement du premier ministre Blaine Higgs met l’accent sur six priorités: «des soins de santé publics fiables, une éducation de première classe, un secteur privé dynamisé, des communautés dynamiques et viables, un gouvernement abordable et prêt à agir, et une organisation hautement performante».

Dans son discours du Trône, le gouvernement soutient que les résultats récents montrent que son travail au cours de la dernière année porte ses fruits. Les résultats du deuxième trimestre de 2019-2020 font apparaître un excédent projeté pour l’exercice de 88,1 millions $, par rapport à l’excédent de 23,1 millions $ projeté dans le budget. La dette nette devrait diminuer de 232,7 millions $ par rapport à la somme budgétée.

En éducation, le gouvernement Higgs veut explorer de nouvelles approches permettant à davantage d’enfants d’apprendre le français et l’anglais. «Si l’apprentissage de la langue commence dès le jeune âge et si chaque enfant a l’occasion d’en bénéficier, nos jeunes réussiront mieux sur le marché du travail en constante évolution de notre province bilingue», soutient le gouvernement.

En ce qui concerne les soins de santé, les conservateurs promettent d’améliorer les services d’urgence à Fredericton, Saint-Jean et Moncton, et d’ouvrir des cliniques d’infirmières praticiennes dans ces trois villes. Le gouvernement travaillera aussi avec des spécialistes de la santé et des organismes pour élaborer une stratégie de lutte contre le vapotage chez les jeunes.

Retenir les immigrants

Pour ce qui est de dynamiser le secteur privé, le gouvernement conservateur veut réduire les formalités administratives des entreprises et augmenter les objectifs d’immigration pour atteindre 7500 nouveaux arrivants par année d’ici 2024. «Un excellent travail a été accompli dans la province afin d’attirer de nouveaux arrivants, mais nous devons faire mieux au chapitre de la rétention», précise le discours du Trône. «Le gouvernement vise à ce que, d’ici à 2024, 85 pour cent des nouveaux arrivants demeurent toujours dans la province un an après leur arrivée.»

Les conservateurs promettent par ailleurs de prendre davantage de mesures pour lutter contre les changements climatiques. Le gouvernement présentera au cours de la session des modifications à la Loi sur les changements climatiques, afin de permettre la réglementation des émissions de gaz à effet de serre que produisent les grands émetteurs du Nouveau-Brunswick.

Pour ce qui est de la tarification du carbone, les conservateurs promettent de déposer une mesure législative «visant à assurer l’équité pour les gens du Nouveau-Brunswick par rapport à nos voisins des autres provinces de l’Atlantique».

Le gouvernement a aussi annoncé qu’il «élaborera une feuille de route en vue d’une réforme fiscale, laquelle comprendra un examen des principaux programmes d’imposition».

Les conservateurs modifieront par ailleurs la Loi sur la location de locaux d’habitation, afin que les victimes de violence familiale puissent résilier leur bail si leur sécurité ou celle d’un enfant est menacée.

L’opposition

Kris Austin, chef de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, qui détient la balance du pouvoir, a déclaré que le discours du Trône comportait des aspects positifs et qu’il continuerait à soutenir le gouvernement minoritaire au moins jusqu’au printemps, comme il l’a promis il y a un an. «Mais là encore, c’est une relation à deux», a-t-il prévenu. «Cela dépend de ce que fait le gouvernement, de ce qu’il présente et de ce que nous sommes capables d’accomplir avec eux.»

Le premier ministre Higgs a déclaré que le gouvernement poursuivrait sur sa lancée et espérait que les projets de loi soient adoptés en Chambre. «Si on n’obtient pas la confiance de la Chambre, que pouvons-nous faire d’autre? Je ne suis pas venu ici pour m’accrocher: je suis venu ici pour faire un travail, et le seul moyen de le faire est de fonder nos décisions sur la réalité de notre province et sur les faits», a-t-il déclaré.

Avant la lecture du discours du Trône, le chef du Parti vert, David Coon, avait souhaité que le gouvernement augmente les taux d’aide sociale et lance un projet-pilote de revenu minimum garanti. Il a affirmé mardi que le discours du Trône contenait quelques bonnes initiatives, mais qu’il était insuffisant pour s’attaquer à la pauvreté et aux disparités régionales.

Les plus populaires