Le gouvernement fédéral appuie la candidature de Calgary; l’Alberta reste sceptique

CALGARY — Le gouvernement canadien a de nouveau appuyé la candidature de Calgary en vue des Jeux olympiques d’hiver en 2026 par le biais d’un communiqué publié mercredi par le ministère des Sciences et des Sports.

Le ton du gouvernement de l’Alberta était quant à lui plus réservé.

La candidature potentielle de Calgary reposera toutefois sur le montant d’argent que les deux paliers de gouvernement seront prêts à débourser pour la tenue des Jeux olympiques dans la province canadienne.

La ministre canadienne des Sciences et des Sports, Kirsty Duncan, a déclaré à La Presse canadienne qu’elle était heureuse que le conseil municipal ait tranché en faveur de la poursuite du processus de candidature.

Sport Canada a publié plusieurs gazouillis dans les derniers jours, et, avant la tenue du vote du conseil municipal, a réitéré qu’il appuyait la démarche.

«Notre gouvernement est ravi du vote», a déclaré Duncan, mercredi, à Saskatoon.

«Calgary est une ville de renommée mondiale. Elle a fait ses preuves dans l’organisation de grands jeux internationaux. Bon nombre d’entre nous se souviennent de Calgary en 1988, lorsque la ville a accueilli les Jeux olympiques d’hiver.

«Cela a laissé un héritage durable qui, je crois, a profité à la ville, à la province et au pays. Nous avons soutenu le développement de la candidature de Calgary dès le début.»

Selon un rapport dévoilé au conseil municipal par le comité organisateur, accueillir les Jeux olympiques et paralympiques à Calgary coûterait un total de 5,23 milliards de dollars. Les trois paliers de gouvernement seraient appelés à débourser 3 milliards $ pour la réalisation du projet.

La répartition de ces 3 milliards $ n’a pas encore été annoncée, mais les habitants de Calgary exigeront une réponse avant de se rendre aux urnes le 13 novembre, pour un référendum lors duquel les Calgariens devront indiquer s’ils soutiennent ou non la candidature pour les Jeux.

C’est le gouvernement de l’Alberta qui a exigé la tenue d’un référendum. Le gouvernement provincial, qui a promis de dévoiler sa contribution au moins 30 jours avant le référendum, versera 2 millions $ pour le vote.

«Maintenant que les coûts ont été publiés, nous allons faire preuve de diligence et nous allons veiller à ce qu’ils demeurent les mêmes», a déclaré mercredi le ministre du Tourisme de l’Alberta, Ricardo Miranda, à Edmonton.

Dans une lettre adressée au maire de Calgary, Naheed Nenshi, Duncan a déclaré que, conformément à la politique du gouvernement fédéral en matière d’accueil d’événements sportifs internationaux, «nous nous engageons à contribuer à hauteur de 35% au coût total des événements et nous n’allons pas investir plus de 50% de la contribution totale du secteur public.»

Le comité organisateur espère que cela signifie une contribution maximale de 1,5 milliard de dollars du gouvernement fédéral, mais le ministère ne voulait pas s’avancer sur le sujet mercredi.

«Les Canadiens s’attendent à ce que nous fassions preuve de diligence, a reconnu Duncan. De nombreux ministères et organismes devront examiner les chiffres et c’est ce sur quoi nous nous concentrons.

«Les citoyens de Calgary pourront exprimer leurs opinions et nous voulons nous assurer qu’ils appuient la candidature.»

La date limite pour soumettre une offre au Comité international olympique (CIO) est le 11 janvier. La ville hôte sera annoncée le 11 septembre 2019.

Pendant ce temps, deux économistes ont remis en doute l’estimation des retombées économiques de 7,4 milliards $ pour la province si Calgary accueillait les Jeux d’hiver.

Le professeur d’économie de l’Université de Calgary, Trevor Tombe, a qualifié ce chiffre de «considérablement exagéré».

«Nous ne devrions certainement pas avoir l’impression que les Jeux généreront des avantages économiques supérieurs aux coûts», a-t-il soutenu.

Moshe Lander, professeur d’économie à l’Université Concordia, estime que le nombre de Calgariens qui quitteront la ville et investiront leur argent ailleurs « parce que le cirque débarque en ville » doit compenser les projections de la part des touristes.

«Il est clair que les personnes qui présentent la candidature ne présentent pas une image équilibrée », a mentionné Lander. Ils sont intéressés à présenter une image favorable à l’organisation des Jeux Olympiques.

«Les avantages vont être surestimés et pour moi, c’est aussi une préoccupation.»

— Lauren Krugel et Dean Bennett ont également contribué à cette histoire.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie