Le gouvernement japonais est éclaboussé par un nouveau scandale

TOKYO — Le ministère japonais des Communications a puni 11 fonctionnaires de haut rang qui ont accepté des repas luxueux offert par le fils aîné du premier ministre Yoshihide Suga et les autres dirigeants d’un diffuseur par satellite.

Il s’agit du plus récent scandale à éclabousser le gouvernement déjà entaché de M. Suga.

L’affaire a éclaté au grand jour quand le magazine Shukan Bunshun a récemment dévoilé que Seigo Suga et d’autres dirigeants de Tohokushinsha Film ont fêté des fonctionnaires du ministère des Communications, qui régit ce secteur d’activités.

Le ministère a annoncé mercredi avoir infligé des réductions de salaires et des réprimandes aux 11 fonctionnaires qui ont accepté des repas somptueux et des cadeaux, ce qui contrevient au code d’éthique.

Le ministre Ryota Takeda a déclaré aux journalistes qu’il est regrettable que cette histoire mine la confiance du public envers le gouvernement. M. Takeda a ajouté qu’il renoncera lui-même à trois mois de salaire et qu’un comité d’enquête a été créé pour fouiller ce dossier plus en profondeur.

Une enquête interne a déterminé que les fonctionnaires ont reçu des repas et des cadeaux totalisant environ 7200 $ CAN à une quarantaine d’occasions entre 2016 et 2019.

Le premier ministre Suga s’est excusé cette semaine pour les gestes de son fils. Il a toutefois nié toute implication dans les activités professionnelles de son fils ou avoir su qu’il fêtait des responsables du ministère.

La loi japonaise sur l’éthique publique interdit aux fonctionnaires d’accepter toute faveur d’individus à la recherche d’un traitement préférentiel.

Le scandale pourrait faire mal à M. Suga, dont le taux d’approbation est déjà en chute libre. Les participants à un sondage estiment qu’il a mis trop de temps à réagir quand les infections au coronavirus sont reparties en hausse à la fin du mois de décembre.

– Par Mari Yamaguchi, The Associated Press

Laisser un commentaire