Le gouvernement Legault dévoile son scénario pour les Fêtes

MONTRÉAL — Le gouvernement du Québec permettra les rassemblements en famille ou entre amis d’un maximum de 10 personnes du 24 au 27 décembre seulement.  Le premier ministre François Legault a justifié sa décision, jeudi, en disant que les Québécois avaient besoin de faire le «plein d’énergie».   

Le gouvernement offre un «contrat moral» aux Québécois pour le temps des Fêtes, a expliqué M. Legault. En échange, il requiert des Québécois de ne pas avoir de contacts une semaine avant et une semaine après Noël.   

François Legault a admis que le scénario retenu comportait certains «risques», mais la famille est «au coeur de notre nation», a-t-il ajouté, avant de spécifier que «les partys de bureau seront interdits».   

«On prend un risque d’augmentation des cas», a également reconnu le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, «mais on comprend qu’on ne peut pas empêcher les gens de se voir».   

«C’est très clair que c’est conditionnel aux efforts qu’on va faire d’ici Noël», a précisé le docteur Arruda.   

Le gouvernement demande donc aux Québécois d’éviter de se rassembler pour le Nouvel An.   

«Si on permet les rencontres au jour de l’An, ça va créer des problèmes additionnels pour la semaine après», a souligné le premier ministre.   

École à distance   

Les écoles primaires seront fermées à partir du jeudi 17 décembre, mais l’enseignement à distance devra être offert pendant quatre jours, a indiqué le premier ministre Legault.   

«J’insiste, ce ne sera pas des vacances, il y aura du travail de donné aux élèves.»   

Pendant ces quatre jours, les services de garde demeureront ouverts pour les enfants des employés des services essentiels.   

Le premier ministre a ajouté que les écoles qui offrent des services particuliers devront rester ouvertes pendant cette période.  

Au primaire, les écoles rouvriront en janvier à la date prévue, tandis que les élèves du secondaire devront rester à la maison et recevoir de l’enseignement à distance jusqu’au 11 janvier.   

Le scénario présenté jeudi est conditionnel à ce que la situation ne se détériore pas d’ici le 24 décembre, a également précisé le premier ministre.   

Ne pas se faire dépister sans raison   

À ceux qui prévoyaient se faire dépister par mesure de précaution avant de passer le réveillon de Noël avec leurs grands-parents, le gouvernement recommande d’éviter de le faire.   

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a rappelé qu’il fallait avoir des symptômes de la COVID-19, avoir eu un contact étroit avec une personne atteinte de la COVID-19 ou avoir reçu une demande de la santé publique de faire un test avant de se rendre dans un centre de dépistage.  

 «On ne va pas se tester juste pour être certain qu’on n’a pas la COVID», a précisé le ministre Dubé.   

Le docteur Arruda a ajouté «qu’il est très dangereux de penser qu’un test négatif nous empêche de contaminer quelqu’un», en expliquant que les tests ne peuvent pas détecter le virus pendant sa période d’incubation et qu’ils produisent toujours un taux considérable de faux négatifs.   

Horacio Arruda a précisé que les autorités de la santé publique allaient bientôt diffuser plusieurs conseils pour passer les quatre jours du temps des Fêtes de manière sécuritaire.   

Pas de rassemblement pour Hanouka   

Cette année, la fête juive de Hanouka commence le 10 décembre et se termine le 18. Mais les rassemblements seront interdits pendant cette traditionnelle «fête des Lumières » qui marque la fin de l’année.   

«On vit une situation critique et on croit qu’on peut permettre les rassemblements pendant quatre jours seulement et on s’est dit que la majorité des Québécois seraient heureux que ces quatre jours soient à Noël», a expliqué en anglais le premier ministre.   

François Legault répondait à un journaliste qui lui faisait remarquer que la période de «confinement volontaire» débutait une journée avant le début d’Hanouka, en faisant référence à la fermeture des écoles le 17 décembre.   

Collaboration des entreprises   

Le premier ministre Legault a demandé la collaboration des entreprises une semaine avant et une semaine après Noël.

«Toutes les entreprises qui peuvent faire du télétravail, et les entreprises que c’est possible de réduire les activités, ça serait l’idéal, mais on ne l’exige pas.»   

Les restaurants, les salles de spectacle et les gyms resteront fermés jusqu’au 11 janvier et le gouvernement a assuré que l’aide à ces entreprises sera prolongée jusqu’à cette date.

Laisser un commentaire