Le gouvernement ontarien se demande s’il doit annuler la semaine de relâche

TORONTO — Alors que l’Ontario signalait jeudi 1563 nouveaux cas de COVID-19 et 88 décès supplémentaires liés au virus, le gouvernement se demande s’il annulera ou non la semaine de relâche, à la mi-mars. 

Pour ce qui est des bilans quotidiens, les responsables de la santé publique rappellent encore une fois que les mises à jour d’une base de données provinciale faussent cette semaine le nombre de nouveaux cas. On indique tout de même que des 1563 nouveaux cas, 584 étaient recensés à Toronto, 265 dans sa banlieue de Peel et 132 dans celle de York. 

L’Ontario rapporte également que près de 64 500 tests ont été effectués depuis la dernière mise à jour quotidienne, alors que 6724 doses de vaccins ont été administrées depuis le rapport de mercredi. Jusqu’ici, 355 055 doses de vaccins ont été administrées en Ontario. 

Le gouvernement envisage par ailleurs d’annuler la semaine de relâche de la mi-mars, afin de poursuivre dans la voie d’une réduction des nouveaux cas. Le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, espère annoncer la décision de son gouvernement d’ici la semaine prochaine, après avoir obtenu l’avis du médecin hygiéniste en chef de la province.

Au Québec, son homologue Jean-François Roberge a annoncé plus tôt cette semaine le maintien de la semaine de relâche. Il a expliqué que tout le monde avait bien besoin de ce répit. 

Le ministre Lecce avait annoncé mercredi la réouverture dans les semaines à venir des écoles qui sont encore fermées depuis décembre. Les écoles des régions de Toronto, Peel et York doivent rouvrir le 16 février, alors que celles des autres bureaux régionaux de santé publique où les cours en personne n’avaient pas repris rouvriront une semaine plus tôt, le 8 février.

Par ailleurs, le gouvernement a annoncé jeudi, en clarifiant ses directives sanitaires, que les toiletteurs d’animaux peuvent rouvrir pour fournir certains services. Les toiletteurs pourront offrir des services qui seraient nécessaires afin d’empêcher des soins vétérinaires «prévisibles et raisonnablement imminents». Ces services doivent être fournis uniquement sur rendez-vous, par ramassage sur le trottoir, et les toiletteurs ne sont autorisés à prendre qu’un seul animal à la fois.

Les entreprises de toilettage d’animaux avaient été fermées lors du reconfinement général en Ontario le 26 décembre. 

Laisser un commentaire