Le gouvernement publie son cadre pour lutter contre le TSPT

OTTAWA — Le gouvernement fédéral a publié jeudi son plan visant à améliorer le soutien aux personnes atteintes du trouble du stress post-traumatique (TSPT).

Ce «Cadre fédéral relatif au trouble stress post-traumatique» dévoilé par la ministre de la Santé Patty Hajdu se veut être un «jalon important» dans les efforts visant à mieux reconnaître les personnes touchées par le TSPT, à collaborer avec elles et à les soutenir. Le gouvernement dit vouloir tenir compte que ce soutien peut varier d’une province à l’autre et d’un lieu de travail à l’autre.

Il souligne la manière avec laquelle le gouvernement compte améliorer le dépistage de ce trouble. Parmi les priorités figurent aussi l’amélioration du suivi des coûts économiques et sociaux du TSPT et la mise en place des lignes directrices pour le diagnostic et les traitements.

Le gouvernement souhaite aussi établir des échanges de pratiques exemplaires. Il compte aussi créer et distribuer du matériel éducatif afin d’accroître la sensibilisation au TSPT à l’échelle nationale.

Si le cadre vise les gens dont la profession les place les plus à risque de développer le TSPT, comme les militaires, les fournisseurs de soins de santé et les premiers intervenants, le gouvernement reconnaît que quiconque peut en souffrir à la suite de circonstances traumatisantes.

Ce cadre est le résultat des discussions menées l’an dernier lors de la Conférence nationale sur le TSPT.

«Je suis profondément reconnaissante envers toutes les personnes qui ont contribué à l’élaboration du cadre de travail, en partageant leurs histoires, leurs défis et leurs victoires face au TSPT, a déclaré Mme Hajdu, par voie de communiqué. Il y a encore beaucoup à faire, mais ce cadre de travail nous permettra d’aller de l’avant et mieux appuyer ceux qui luttent contre le TSPT.»

L’Agence de la santé publique du Canada a créé un secrétariat du TSPT dont la mission est de diriger la mise en œuvre de la Loi sur le cadre fédéral relatif à l’état de stress post-traumatique et d’appuyer davantage les efforts en cours et en évolution pour contrer le TSPT.

Elle doit aussi effectuer un examen de l’efficacité du cadre fédéral dans les cinq ans suivant la date de la publication du rapport

Les plus populaires