Le gouverneur du Wisconsin a banni l’application TikTok des téléphones de l’État

MADISON, Wis. — Le Wisconsin est devenu jeudi le dernier de plusieurs États à interdire l’utilisation de TikTok sur les téléphones et autres appareils gouvernementaux. La décision intervient après que près de la moitié des États américains ont bloqué la populaire application, qui appartient à une entreprise chinoise.

Le gouverneur démocrate Tony Evers a ordonné l’interdiction après avoir consulté le FBI et les responsables de la gestion des urgences, évoquant des risques pour la vie privée, la sûreté et la cybersécurité. L’ordre du politicien s’applique à la plupart des agences d’État, à quelques exceptions près – comme les enquêteurs criminels qui peuvent utiliser l’application pour traquer certaines personnes.

«La défense de la technologie et de l’infrastructure de cybersécurité de notre État et la protection de la confidentialité numérique continueront d’être une priorité absolue», a déclaré M. Evers sur Twitter en annonçant l’interdiction.

L’Université du Wisconsin (UW), qui emploie 40 000 professeurs et employés, est également exemptée de cette mesure. Le porte-parole de l’institution, Mark Pitsch, a assuré que malgré l’exemption, l’université procéderait à un examen et s’orientait vers l’imposition de restrictions sur l’application utilisée sur les appareils afin de se protéger contre d’éventuelles cyberattaques.

L’interdiction sera appliquée par la division technologique de l’État, qui restreint déjà les applications auxquelles les employés de l’État peuvent accéder sur leurs téléphones gouvernementaux.

Selon Tony Evers, seule une douzaine de téléphones d’État ont TikTok.

Le gouverneur lui-même n’a pas de compte TikTok personnel ou officiel, mais un compte soutenant sa campagne de réélection était actif plus tôt cette année. Son bureau a précisé que celui-ci n’était utilisé sur aucun appareil émis par l’État.

TikTok appartient à ByteDance, une entreprise chinoise qui a déménagé son siège social à Singapour en 2020. Celle-ci a été ciblée par des critiques affirmant que le gouvernement chinois pouvait accéder aux données des utilisateurs telles que l’historique de navigation et l’emplacement. Les forces armées américaines ont également interdit l’application sur les appareils militaires.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.