Le gouverneur Inslee, un allié de la Colombie-Britannique contre Trans Mountain

SEATTLE — Le gouverneur de Washington, Jay Inslee, affirme que l’État du nord-ouest des États-Unis partage les préoccupations de la Colombie-Britannique au sujet de l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain et essaiera d’influencer le projet de toutes les façons possibles en vertu de la loi canadienne.

M. Inslee a exprimé jeudi ces commentaires lors d’une conférence de presse conjointe à Seattle avec le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, en visite dans l’État de Washington pour discuter de partenariats sur les épaulards en voie de disparition, les énergies propres et le transport à grande vitesse.

M. Inslee a souligné que le département de l’Écologie de l’État de Washington a fait une déclaration vigoureuse et énergique concernant ses préoccupations sur le projet d’oléoduc et qu’il a lui-même exercé son droit de parler publiquement de ses objections.

Le gouverneur a déclaré que le projet ne faisait pas progresser la région vers un avenir d’énergie propre et a dit s’inquiéter des risques de marées noires et des conséquences sur les épaulards résidents du Sud menacés au large des côtes de la Colombie-Britannique et de Washington.

Le Canada a acheté l’oléoduc Trans Mountain et son projet d’agrandissement pour un montant de 4,5 milliards $ et l’Office national de l’énergie examine actuellement ses effets potentiels sur le milieu marin.

M. Horgan a également annoncé que la Colombie-Britannique injectera 300 000 $ supplémentaires dans le financement d’une étude sur un éventuel service de transport à grande vitesse reliant la Colombie-Britannique, l’État de Washington et l’Oregon, après avoir versé le même montant l’année dernière.