Le héros militaire québécois méconnu Léo Major sera honoré

QUÉBEC — Le gouvernement Legault a accepté d’honorer la mémoire du héros militaire québécois Léo Major mercredi, lors du jour du Souvenir.

Ce soldat s’est distingué par des exploits hors du commun durant la Seconde Guerre mondiale, même s’il demeure largement inconnu de la population québécoise.

Le Parti québécois (PQ) a déposé une motion pour que la Commission de toponymie nomme un lieu symbolique en son honneur, ce que le gouvernement caquiste a accepté.

«Son nom est étranger à la majorité ici, manifestement, dans son propre pays, a fait valoir le chef parlementaire péquiste, Pascal Bérubé, au Salon bleu. Pourtant, ce qu’il a accompli est digne de figurer dans tous les livres d’Histoire.»

Léo Major est passé à la postérité en libérant seul une ville des Pays-Bas, Zwolle, de l’occupation nazie en 1945. Il a fait croire aux troupes allemandes qu’elles étaient assiégées alors qu’il avançait seul. Encore de nos jours, les Pays-Bas commémorent ce héros.

«C’est tout simplement extraordinaire», a souligné M. Bérubé, en rappelant aussi que lors de combats dans la zone de l’Escaut, il a également capturé 93 prisonniers allemands tout seul.

M. Bérubé n’a pas manqué de souligner que Léo Major avait aussi servi avec brio durant la Guerre de Corée et que son destin avait alors croisé celui d’un journaliste, René Lévesque, devenu ensuite le fondateur du PQ.

En outre, plusieurs décennies plus tard, lors des référendums sur la souveraineté de 1980 et 1995, Léo Major se prononcera en faveur du Oui, a rappelé M. Bérubé. Le sergent Léo Major est mort en 2008 à l’âge de 87 ans.

Cérémonie

Par ailleurs, le premier ministre François Legault a pris part à la cérémonie du jour du Souvenir au cénotaphe érigé tout près de l’Assemblée nationale, à l’entrée des Plaines d’Abraham.

La commémoration était plus modeste que d’habitude. En raison de la pandémie, il y avait moins de militaires et d’anciens combattants présents. Dans une allocution, M. Legault a rendu hommage aux anciens combattants pour leurs sacrifices, mais il a aussi remercié ceux et celles qui servent encore dans les forces actives où ils défendent «nos droits et libertés».

«Aujourd’hui, au nom de la nation québécoise , je me souviens», a-t-il conclu, reprenant ainsi la devise du Québec.

Les élus ont également tenu une minute de silence à l’Assemblée nationale et les chefs de parti ont prononcé des allocutions.

La co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Manon Massé, a plaidé que la Deuxième Guerre mondiale était une cause noble pour vaincre le fascisme, mais que l’engagement des troupes durant la Première Guerre mondiale et le tout récent conflit en Afghanistan étaient inutiles.

«La boucherie de la Première Guerre mondiale et les 15 ans que nous avons passés en Afghanistan étaient des guerres inutiles, injustes.»

Laisser un commentaire