Le journaliste Michael Nguyen tente de faire casser la saisie de son ordinateur

QUÉBEC – Le Journal de Montréal maintient que son journaliste judiciaire Michael Nguyen n’a commis aucun crime en effectuant une recherche sur Google qui l’a mené à des documents se trouvant sur le site réservé aux membres du Conseil de la magistrature.

Michael Nguyen était devant la Cour supérieure, vendredi à Québec, dans le but de faire annuler le mandat de perquisition qui a mené à la saisie de son ordinateur, le 21 septembre dernier.

Les documents mis au jour par le journaliste lui avaient permis de découvrir qu’une plainte avait été portée contre la juge Suzanne Vadeboncoeur, de la Cour du Québec, lui reprochant un comportement inapproprié envers les constables du palais de justice de Montréal à la suite d’une fête de Noël en décembre 2015.

L’article qui en avait découlé, en juin 2016, et qui était accompagné d’une vidéo où l’on entendait clairement la juge Vadebonceur invectiver et insulter les constables spéciaux parce que la porte du garage du palais de justice était défectueuse, avait fait grand bruit.

L’avocat du Journal, Me Marc-Antoine Carette, a fait valoir que l’accès à ces documents par une simple recherche Google était en soit un élément servant à disculper le journaliste. Le quotidien La Presse s’était livré à la fin d’octobre à une recherche similaire, conformant du même coup que le site du Conseil de la magistrature n’était toujours pas sécurisé.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) ne conteste pas la méthode employée, mais demande toutefois que le mandat soit maintenu. Sa procureure, Me Mélanie Dufour, a soutenu que Michael Nguyen aurait dû savoir que les documents étaient confidentiels et que son intrusion sur le site du Conseil était illégale.

Me Dufour a associé la démarche du journaliste à la commission d’un vol dans un endroit où la porte n’est pas barrée.

Me Carette a pour sa part reproché à la juge de paix Nicole Martin d’avoir autorisé le mandat de saisie sans tenir compte du fait que le site et les documents étaient accessibles à n’importe qui.

La juge Alicia Soldevida a pris la cause en délibéré, de sorte que Michael Nguyen devra patienter encore un peu avant de savoir si son ordinateur lui sera remis.

(Avec la collaboration de Cogeco Nouvelles)