Le juge en chef de l’Ukraine témoigne des ravages de la guerre sur le système

OTTAWA — Le juge en chef de la Cour suprême d’Ukraine a déclaré que l’invasion russe avait mis à rude épreuve le système judiciaire du pays et qu’un effort de réforme était en cours.

Vsevolod Kniaziev a rencontré lundi à Ottawa le juge en chef de la Cour suprême du Canada, Richard Wagner, pour discuter de la façon dont le Canada pouvait continuer à soutenir l’Ukraine.

«Nous faisons tout pour ne pas limiter l’accès à la justice pour nos concitoyens», a déclaré le juge Kniaziev.

Les juges de la Cour suprême de ce pays assiégé par les troupes russes versent 60 % de leurs salaires à l’armée, mais M. Kniaziev a déclaré qu’un soutien financier supplémentaire était nécessaire pour apporter des changements institutionnels durables.

Le juge en chef Wagner a déclaré que le Canada continuera d’être un allié de l’Ukraine et offrira des conseils en cas de besoin. Dans le passé, a-t-il dit, le Canada a fourni des conseils pour améliorer la transparence, notamment dans le processus de nomination des juges.

«Ce que le pouvoir judiciaire peut faire, c’est continuer à fournir des conseils et un soutien et poursuivre notre coopération. Nous serons là pour l’Ukraine en cas de besoin», a déclaré M. Wagner.

Mais les conseils et le soutien financier ne sont qu’une partie de ce que réclame son homologue Kniaziev. L’invasion en cours de la Russie a ouvert une discussion entre les dirigeants sur ce qui adviendra à la fin de la guerre.

«Je pense que cela met à l’épreuve la justice internationale, et tout le système de sécurité internationale», a soutenu le juge Kniaziev.

Des juges du monde entier se réunissent pendant quatre jours cette semaine à Ottawa dans le cadre d’une conférence de l’Organisation internationale pour la formation judiciaire.

La 10e conférence internationale sur la formation de la magistrature, présentée cette année par l’Institut national de la magistrature du Canada, vise à aider les juges à mieux comprendre les populations vulnérables avec lesquelles ils interagissent dans leur salle d’audience.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.